• Au bar



    Qu'ils portent éperons m'étonne.



    Au bar
    2008, craie Conté, l. 18 cm


    12 commentaires
  • Nu – Tenez, mademoiselle, je me sens d'un naturel si lourd, si fainéant, que d'entendre seulement parler de travailler, les bras m'en tombent.*

    * Alexis Piron, les Enfants de la joie, 1725

    Nu, 2008, mine de plomb, A4


    12 commentaires
  • J'attends un 6 – Je suis en train d'achever une somme sur Giraffa camelopardalis, me confie un ami. Tu ne voudrais pas, pour en rendre la lecture moins aride, l'illustrer de quelques dessins dont tu as le secret.
    – Si fait, dis-je, sur le coup, sans trop réfléchir.
    Et comme j'ai hérité d'une conscience professionnelle dont on me loue quand on ne l'envie pas, je me mets en quête de documentation. Première lecture : Geoffroy-Saint-Hilaire*La Girafe est surtout remarquable aux yeux de l'observateur, par la disproportion de ses parties. Représenter des attributs hypertophiés sur ce blog de haute tenue morale serait  indélicat, aussi dessinerai-je des chevaux.

    * Geoffroy-Saint-Hilaire, Quelques considérations sur la girafe, Annales des Sciences naturelles, tome XI, juin 1827

    12 commentaires
  • La réalité dépasse la fiction À l'invitation de Tiphaine, pour illustrer Quand la réalité dépasse la fiction, un petit dessin réalisé – sur la cuisse –, en attendant l'ouverture de la billetterie pour les concerts de Ilmiliekki Quartet, François Corneloup et Michel Portal Unit, du 10 mai, au Mans.
    Une femme avance dans la vie. On voit vite que ce n'est pas simple.
    La première idée – pierre tombant – a été abandonnée pour une chute de chaises... C'est moins irrémédiable et je sais dessiner les chaises pour m'y exercer depuis mon plus jeune âge.

    Ci-contre : première esquisse ; le dessin définitif est posté sur le blog de Tiphaine.
    mine de plomb et frottis de feuilles de charme sur papier, format A6.


    12 commentaires
  • Carré de l'hypothalamus
    Contre les portes de la nuit *

    En écho à un autre dessin des Carrés de l'hypothalamus,** illustré d'un poème de Tiphaine sur el bolg, le site de la vie – en vrac –.

    * Du poème de Jacques Prévert, Les enfants qui s'aiment
    ** Suite de dessins infographiques, 1999


    14 commentaires
  • Nu « Quand Henri Matisse, dans ses gouaches découpées, souligne par des vides les articulations ou la courbure des seins de ses Nus, quand Claude Viallat agit en coloriste éblouissant sur la forme unique qu'il répète à l'envi, Yves Barré ne retient plus que le contour de son modèle et ira même jusqu'à abandonner complètement la couleur.» *


    * J.-K. Huysmans, l'Art moderne, G. Crès, Paris, 1929
    Sur internet :
    Henri Matisse, Claude Viallat.


    Étude pour les nus bis
    2008
    craie & crayon sur papier, 20 x 28 cm


    10 commentaires
  • Pommes de terreLa fois dernière,* c'était en forme de pomme de terre.
    En voici deux d'après modèle vivant.

    Au menu demain, une fable deux fois couronnée par l'Académie française. Prenez vos précautions, ça peut laisser sur le cul.


    * Espèce de... (17 avril)

    Pommes de terre

    2008, mine de plomb sur Canson, A4


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique