• Maison 017 Maison 017, 2008, carton ondulé

    Même seul, Rodrigue parvient à faire une scène (la VI dans le premier). Et que dit-il soliloquant ? Écoutons :

    Percé jusques au fond du cœur
    D'une atteinte imprévue aussi bien que mortelle,
    Misérable vengeur d'une juste querelle,
    Et malheureux objet d'une injuste rigueur,
    Je demeure immobile, et mon âme abattue
    Cède au coup qui me tue.

    On sent bien l'assassin de papa* partagé, mais pourquoi je vous raconte tout ça, moi ?**


    * « Qu'il est joli garçon l'assassin de papa !» (Chimène, dans le Cid de Georges Fourest).
    ** Non, il n'y a pas de contrepèterie dans le dernier vers. Oui, Pierrot s'est un peu relâché dans l'alexandrin.

    14 commentaires
  • Bleus jeans Au temps de la photo argentique, le technicien du labo apposait un petit papillon NON FACTURÉ sur les tirages qu'il jugeait ratés.
    J'en ai touché une collection de non facturés ! Que je traite à ma façon.

    Bleus jeans (non facturé)
    2008, photo argentique + aquarelle, 24 x 32 cm

    14 commentaires
  • Maison 033 Certains s'inquiètent de ma santé mentale – une obsession ces maisons ? – au risque d'alerter mon banquier qui va hésiter à me prêter.
    D'autres ont choisi l'humour – tu fais dans l'immobilier ? – pour masquer leur inquiétude.*
    À l'origine de ces maisons, j'avais – ça peut sembler idiot – à résoudre avec la lumière un problème sur lequel j'échouais depuis un certain temps. Malgré la forte pensée de Franz-Francisco, personnage de François Vallejo qui oppose à son chef – Quand il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème – cette autre vérité : Quand on trouve une solution, c'est qu'il n'y avait pas de problème non plus. Vous ne suivez plus ? C'est ça le problème.**


    * Vendéens, je vous embrasse.
    ** Pensées et opinions de Franz-Francisco, François Vallejo, revue l'Iresuthe, n° 10, automne 2008.

    Maison 033
    2008, acrylique sur toile, 22 x 30 cm.


    6 commentaires
  • Van Gogh
    Où l'auteur nous révèle la face cachée de la maison 105.

    Cette ardoise est celle du petit Vincent quand il fréquentait l'école maternelle. Sa maîtresse de grande section, dont il était secrètement amoureux,* avait pris soin de noter, en marge,  le commentaire de l'enfant  : « Il n'est pas aisé non plus de se peindre soi-même.»
    Nous ne savons pas si Vincent a développé par la suite ce petit talent qu'il semblait montrer déjà.**


    * Personne n'en a jamais rien su, puisque c'était précisément un sentiment secret.
    ** Il convient ici de relativiser ce petit talent : l'enfant se représente avec une barbe rousse qu'il ne devait pas porter à six ans !

    14 commentaires
  • Maisons Une rue

    Au risque de lasser, quatre maisons, sur de la triste ardoise* comme dit Jean-Jacques Rousseau. (On raconte que le dit Jean-Jacques a laissé une ardoise au bar de la Charnie, mais je préfère n'en rien dire rapport au délit d'outrage).

    Sur le penchant de quelque agréable colline bien ombragée, j'aurois une petite maison, rustique ; une maison blanche avec des contrevents verts ; et quoique une couverture de chaume soit en toute saison la meilleure, je préférerois
    magnifiquement, non la triste ardoise, mais la tuile, parce qu'elle a l'air plus propre et plus gai que le chaume, qu'on ne couvre pas autrement les maisons dans mon pays, et que cela me rappelleroit un peu l'heureux temps de ma jeunesse.
    **


    * Maisons 103, 105, 107, 109
    2008, craie sur ardoise d'écolier. Collection de l'artiste.
    ** Jean-Jacques Rousseau, Émile ou de l'éducation, livre 4.

    16 commentaires
  • Prison Une femme d'une soixantaine d'années s'est immolée à la porte de la maison d'arrêt du Mans pour protester contre la reconduite à la frontière de son compagnon arménien. (les journaux)

    Dans son article Dimanche, Anita nous interpelle sur ce désespoir, en toute humanité. Mieux que ce dessin, d'un projet déjà mûri, où l'actualité a ajouté la petite trace grise, bitume à peine fondu, petite tache de rien, devant le mur.


    Prison
    2008, crayons Conté sur papier, 50 x 65 cm



    Aujourd'hui, à 16 h, librairie Résistances, Paris 17 : conférence de presse du Codedo, pour en finir avec le délit d'outrage.

    9 commentaires
  • Maison 019 Tu construis l'incendie
    comme ta maison
    *

    Deux premiers vers d'un poème de Serge Pey, remarquablement édité chez Jacques Brémond dans un recueil illustré d'encres de Balbino Giner. Ce poème avait auparavant été gravé sur un bâton de châtaignier.

    Au risque de lasser, une autre maison : la numéro 019 dans la série en cours.**


    * Serge Pey, La définition de l'aigle, photographies du paysage, Jacques Brémond éditeur, 1987,  p. 57
    ** Maison 019
    2008, acrylique sur toile, 22 x 30 cm. Collection privée
    .

    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique