• Trop fort

    carte postale

    Une carte des bords du Celé.

    Tout jeune enfant, je ne comprenais pas qu'on s'alarmât du sommeil d'un meunier.*
    On nous apprenait vraiment n'importe quoi !
    Et je ne parle pas de la mère Michel à la recherche de sa chatte ou du malheureux dont la chandelle ne tenait plus son office.

     

     

    * J'ignorais tout également du subjonctif imparfait.

    « Je dis ça, je dis rienMon avis, si je puis me permettre »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 24 Août 2016 à 06:36

    Bien vu ! (et bien narré !)

    Si tu veux adhérer aux "Amis de Germaine Bouret", tu peux aller voir par là : http://www.germaine-bouret.fr/

      • Mercredi 24 Août 2016 à 08:49

        C'est vrai que j'ai un peu oublié Germaine Bouret dans ce court billet. Tu fais un rappel nécessaire. Germaine Bouret devait être une grand-mère d'exception.

    2
    Mercredi 24 Août 2016 à 10:19

    rien comprendre ? mais de belles mélodies à la clefs avec les gestes pour certaines et ça ça aide à ne pas comprendre donc prendre quand même quelques choses à la vie des grands.

    signé ; à péda péda et demie

      • Vendredi 26 Août 2016 à 23:00

        Et pour le demi... le service, il est compris ?

    3
    Jeudi 25 Août 2016 à 15:58
    Cristophe

    Meunier tu dors comme Marie ?

      • Vendredi 26 Août 2016 à 23:10

        Tant qu'elle dort...

    4
    le wolf
    Vendredi 26 Août 2016 à 22:10

    Saluons l'innocente mais néanmoins étonnante présence de Saturnin.

      • Vendredi 26 Août 2016 à 23:13

        T'ai-je dit que j'ai assuré un jour, la première partie d'un spectacle de Ricet Barrier, voix de Saturnin ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :