• Une seule image, deux billets

    Yves Barré

     

     

    Effet de ma paresse – passagère* –, l'image du billet précédent redouble.

    « La paresse a toujours été mon point fort. Je n'ai aucun mérite : c'est un don. Peu le possèdent. Les fainéants sont légion, tout comme les lambins, mais un authentique paresseux est une espèce rare.»**

    À moins qu'il nous mène en bateau, ce Jerome K. Jerome mérite toute ma considération.

     

     

    * Mon œil !
    **
    Pensées paresseuses d'un paresseux (GF Flammarion)

    « ExempleJaune »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 19 Décembre 2019 à 06:56

    Moustaki avait cette même réputation, plus ou moins fausse d'ailleurs. Quand il est venu chanter à Flers, son concert a duré plus de deux heures ! Et la troisième mi-temps (privée !) , je ne te raconte pas ! plus de trois ! La bouteille de vieux calva n'a pas résisté !...

      • Vendredi 20 Décembre 2019 à 07:48

        Voilà pourquoi il était en retard quand il est venu à Château-du-Loir. Une vraie chance ! Nous étions aussi en retard. Il nous avait d'abord fallu sortir la voiture du fossé où elle avait glissé dans une manœuvre de demi-tour. Pas de troisième mi-temps ce soir-là !

    2
    Jeudi 19 Décembre 2019 à 10:57

    j'avais lu presse ! est ce la même racine ?

    signé : on repasse

      • Vendredi 20 Décembre 2019 à 07:49

        Ce ne serait pas banal.

    3
    Jeudi 19 Décembre 2019 à 20:00
    individu1671137

    Les Pensées paresseuses d'un paresseux de Jerome K. Jerome ont-elles été écrites dans un boui-boui sous la férule d'un tonton menaçant d'un panpan-cucul ?

      • Vendredi 20 Décembre 2019 à 07:50

        Pour le boui-boui : oui, pour le tonton panpan-cucul : non. Ou l'inverse.

    4
    Vendredi 20 Décembre 2019 à 08:08

    Et les flocons ne cessent de tomber autour de l'oiseau...

      • Vendredi 20 Décembre 2019 à 21:39

        Et tu n'imagines pas le temps passé à dessiner tous ces flocons.

    5
    Vendredi 20 Décembre 2019 à 13:27
    celestine

    Eloge de la paresse...S'adonner à un sport particulièrement agréable: ne rien faire. Mais ce qui s'appelle RIEN. Nada. Et n'en éprouver aucune honte. Rhôôôô! Comme c'est bien! J'ai progressé. Il fut un temps où j'aurais culpabilisé à mort. Là, je regarde les moutons transhumer doucement sous les meubles, le linge s'empiler sur la table à repasser, et des tonnes de choses à faire...et mon regard préfère s'attarder sur les fleurs, le ciel et les reflets dansants de l'eau sur la voûte des arbres...

    C'est dire si je te comprends...

    •.¸¸.•*`*•.¸¸

      • Vendredi 20 Décembre 2019 à 21:41

        C'est fou ce que ça demande comme effort !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :