•  

    Études de logoPrivilège du visiteur : entrer dans l'intimité de la création.


    – Tu ne te la joues pas un peu, là, non ?*

    La chronologie des différents essais est difficile à établir : ça commence vers le centre de la feuille, ça descend d'abord, puis ça remonte quand la place manque en bas. L'idée retenue est sur fond coloré. À ce moment du récit, on ignore encore à quoi ou qui est destiné le logo. Il faudra patienter.


    * Cette répartie, acerbe et – c'est remarquable – en monosyllabes, n'a pas vraiment sa place ici, mais tellement de choses n'ont pas leur place ici...

    Ce billet, publié en 2008

     


    4 commentaires
  • Yves Barré

     

    Toilette 3, 2006, acrylique et pastel sur toile, 46 x 38 cm


    8 commentaires
  • Yves Barré

     

    Le nu – détruit – qui occupait ces lieux depuis quelques jours était l'aboutissement d'une suite d'études.
    Voici une de ces études.

     

    Toilette 1, 2006, acrylique et pastel sur toile, 46 x 38 cm


    4 commentaires
  • Yves Barré

    Qui répondra à la question de Chinou Les seins sont-ils également piriformes ? *

    Pas cette toile, datée du siècle précédent, récemment sortie de sa réserve pour motif de recyclage.
    En nuances de blancs, sur de menus reliefs. Il faut triturer  la photo pour y voir le sujet.

    Yves Barré

     

    * son commentaire sur le billet de la veille.


    4 commentaires
  • Yves Barré

     

     

     

     

    Arthur Rimbaud a habité au premier étage de cette Maison des Ailleurs à Charleville-Mézières.
    S'il vivait aujourd'hui dans cette même ville, il pourrait dormir à l'hôtel Le Dormeur du val1, déjeuner à la Table d'Arthur2 et réserver un canot chez le Bateau des fous3.

     

    1. 32 bis Rue de la Gravière
    2. 9 Rue Pierre Bérégovoy
    3. 14 avenue Forest


    6 commentaires
  • Yves Barré

    Sans titre – 2004


    8 commentaires
  • Yves Barré

    Où l'on retrouve la caricaturistesse Claire Villeneuve (billet du 8 mars & commentaires).

    Claire Villeneuve a illustré les Petits  poèmes  du  terroir  languedocien de Yves Blanc, parus à Montpellier en 1921.

    Où l'on retrouve Yves Blanc chez Guillaume Apollinaire dont elle fut la marraine de guerre.

    POUR Y. B.

    Bien qu’il me vienne en août votre quatrain d’avril
    M’a gardé de tout mal et de toute blessure.
    Votre douceur me suit durant mon aventure
    Au long de cet an sombre ainsi que fut l’an mil.

    Je vous remercîrai s’il se peut je l’assure
    Quand nous aurons vaincu le Boche lâche et vil
    Dont la vertu française a ressenti l’injure.

    G. A.
    Aux Armées, 16 Août 1915

    Yves Blanc, la chère nouvelle amie, est un des pseudonymes de Jeanne Burgues-Brun (1889-1970)

     

     

    Les lettres à sa marraine de Guillaume Apollinaire, en ligne ici.

    Ci-contre : photo YB, 2004


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique