• Amour en herbe - photo Yves Barré

    À propos de génisses, il est abusif de parler d'amour vache. Amour en herbe convient mieux.

    Et on évitera d'accorder trop de crédit à Groucho Marx quand il déclare : « Chacun sait que l'amour en herbe est une forme temporaire de folie, et que le seul remède est un mariage rapide.»*

     

    * J.-C. Brialy, Les pensées les plus drôles des acteurs, Le Cherche-midi, 2011


    9 commentaires
  • Hum humChristine, pendant une répétition du prochain spectacle de la Compagnie Robin & Juteau.

    Ne me dites pas qu'elle est floue – la photo – : elle bouge tout le temps – la danseuse.


    8 commentaires
  • à Laurent

    Ombres
    Ombres sur Épineu-le-Chevreuil – février 2007

    Un premier témoin les a vus danser.
    Un autre a prétendu qu'il tentait de lui piquer son sac à main.

     

    Note :
    Si le titre et la dédicace du billet vous semblaient obscurs, visitez les Mille lieux de Laurent Deheppe. Il y écrit, avec son ombre, une belle histoire simple.


    8 commentaires
  • Chatte
    Alençon – Septembre 2007

     

    Aujourd'hui, en plus d'une photo attendrissante (si ! si !), une fable à l'édifiante morale.*
    On les doit, la première, à mon talent, la seconde, à Monsieur de Montlivault.

    La Chatte nourrice. C'est le titre.

    La fable n'en finit pas. Je résume.
    Y a Mirza, une chienne. Elle vient de mettre bas. Quatre chiots. Trop, dit le maître.

    On réduisit aux trois quarts sa richesse.
    Trois furent conservés pour le bien de l'espèce,
    Et l'autre, sans façon, sur un fumier jeté.

    Je coupe encore. Chienne de vie, fait le rejeté rejeton.

    La parque allait trancher ses jours, quand, d'aventure,
    Une chatte passa, dont, par funeste sort,
    Tous les petits, déjà, touchaient le sombre bord.
    Soit pitié, soit besoin, comme on le conjecture,
    Soit méprise de la nature,
    La chatte offre en passant son sein au moribond,
    De sa douce chaleur le rappelle à la vie,
    Et de son lait le vivifie.

    Une ancienne actrice sort de sa réserve.
    La télé se porte sur les lieux. 30 millions d'amis éclatent l'audimat.
    Après, ça se gâte. La nourrice tarit.
    Le chiot grandit. Il est joueur. Pas la marâtre qui fait sa Folcoche.
    Donne de la griffe. Pensez si l'autre couine.
    Une pie passe. Une vieille. Qui lui crie (Dans les fables, les pies crient) :

    « Mon enfant, vois-tu pas ton erreur !
    Cette chatte jamais ne fut que ta nourrice,
    Elle ne peut d'une mère avoir pour toi le cœur.
    Tant que dura son lait, tu lui rendis service.
    Cet amour fortuit n'est donc plus de saison.»

    Et toc. Prends ça dans les crocs.

     

    * Annales d'agriculture de l'Indre-et-Loire, 1831

     

     

     


    8 commentaires
  • Épineu-le-Chevreuil
    Épineu-le-Chevreuil – février 2007

    Performance d'artiste. Sven Sachsalber a retrouvé en moins de 48 heures l'aiguille perdue dans la botte de foin.*
    La vache, avec qui il avait auparavant passé 24 heures dans une chambre, a déclaré qu'elle n'aurait pas fait mieux.

     

    * Palais de Tokyo. Exposition Inside.

     


    12 commentaires
  • Chêne Hippolyte
    Chêne Hippolyte – juin 2012

    Hippolyte a fier cimier en forêt d'Andaine.
    Mais bien qu'il porte beau ses trois cents ans, sa dernière feuille, cet hiver, n'aura guère plus d'un an !


    6 commentaires
  • St-SymphorienSt-Symphorien – novembre 2014

    Chez nous, ce ne sont pas les cieux, mais les arbres qui sont frappés d'alignement.*

     

    * Dans Le Grand Pan, de Georges Brassens :
    « La bande au professeur Nimbus est arrivé’
    Qui s'est mise à frapper les cieux d'alignement,
    Chasser les dieux du firmament.»


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique