• Nature morte, ça ?

    Yves BarréÉtude, 2020, huile et craie sur papier kraft, 29,7 x 42 cm

    Ils regardaient le poisson mort dériver dans l'eau rougie, sans être capables d'autre geste que baller des bras.

    « Ça se discute mais la décision est déjà prise... »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 10 Janvier à 06:51

    Julos (Beaucarne) utilisait parfois le verbe baller à l'impératif présent : - Allez, madame, décontractez-vous, ballez, ballez...

    (Cela dit, ton dessin préparatoire traduit bien la désolation qui est la nôtre devant un tel spectacle... La sidération aussi...)

      • Samedi 11 Janvier à 23:34

        Les bras ballants sont signes d'impuissance ou de résignation.

    2
    yanncik
    Vendredi 10 Janvier à 07:39

    Comme tu ne balles pas des bras, tes mains s'activent, dessinent et mine de rien, les oreilles écoutent.

      • Samedi 11 Janvier à 23:35

        Un trop petit geste.

    3
    Vendredi 10 Janvier à 10:21

    les derniers chrétiens ?

    signé : ainsi soit il

      • Samedi 11 Janvier à 23:39

        Je ne crois pas.

    4
    Vendredi 10 Janvier à 12:08
    celestine

    Baller des bras devant l'inéluctable...

    •.¸¸.•*`*•.¸¸

      • Samedi 11 Janvier à 23:46

        J'hésite la conjugaison de regarder.
        Ils regardent, décrivant ainsi une situation qu'on pourrait dire inéluctable.
        Ils regardaient, me situant alors dans un futur par rapport à la scène décrite. Il peut rester un espoir. Au final, c'est ce que j'ai choisi.

    5
    broutilleb
    Samedi 11 Janvier à 16:56

    et le point ? c'est un œil perdu ?

      • Samedi 11 Janvier à 23:46

        Exactement.

    6
    Rodger
    Samedi 11 Janvier à 23:07

    Pauvre petit poisson, tristes ballots qui assistent mollement à ce spectacle!

      • Samedi 11 Janvier à 23:48

        Certains jours, on est rattrapé par les brouillards.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :