• Yves Barré

    Personnage assis détournant la conversation
    2019, huile sur toile, 55 x 46 cm

     

    La conversation tient du flux.

    Elle suit son cours, déborde, on la détourne, elle finit par tarir.


    8 commentaires
  • Yves Barré

     

    Le délégué syndical quitte la table des négociations

    2019, huile sur toile, 100 x 80 cm

     

    La toile date de décembre, où sommes-nous ce matin de la réforme des retraites ?


    8 commentaires
  • Yves Barré

     

    Toujours dans la tendresse.
    C'est le pastel qui veut ça.
    Cécile, un jour de grand soleil.

     

     

    Cécile au chapeau
    2019, acrylique et pastels sur papier, A4


    6 commentaires
  • Yves Barré

     

    Petit dessin de fin d'année (l'autre) pour commencer l'année nouvelle, sur une note de tendresse.

     

     

    Couple, 30.12.19, acrylique et pastels sur papier, A4
    (collection privée)


    12 commentaires
  • Yves Barré
    2019, acrylique et collage sur toile, 20 x 20 cm

    Ce soir-là,
    alors que la nuit était déjà tombée
    sur un paysage enneigé,
    le soleil s'est attardé sur l'horizon
    cinq minutes avant son coucher.

    Pour rompre le silence, quelqu'un a dit :
    – Oui, du jaune, pourquoi pas ?

     


    13 commentaires
  • Yves Barré

    Vègre en été, 2019, acrylique, 2 toiles 20 x 20 cm

    Sérendipité pourrait dire Célestine*.
    Cet été, je posais mon séant sur la grève qui longe la Vègre**, pour tenter de saisir la lumière de l'eau. Résultat décevant. Et voilà, que préparant des couleurs pour deux nouvelles petites toiles, l'image de l'eau en mouvement revient en surface. Souvenir remonté comme une bulle.
    Ces jours-ci, la turbidité de l'eau obligerait à dévisser les bouchons des tubes de peinture ocre.

     

     * Commentaire sur le billet du 9 décembre.
    ** On notera que je choisis avec discernement, l'anagramme du nom du ruisseau qui traverse le village.


    8 commentaires
  • Yves Barré

     

    Paysage sous le vent
    2019, acrylique sur toile, 100 x 81 cm

     

     

    Si la girouette pouvait parler,
    elle dirait qu'elle dirige le vent.

    Jules Renard, Journal, 26.02.1906

     

    Quand on regarde la toile exposée au nord, le vent souffle de l'ouest. Toile retournée contre le mur, le vent souffle de l'est, mais c'est moins décoiffant.

     

     

     


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique