• Yves Barré

    « Pourquoi fait-il des choses si moches alors qu'il dessine si bien ? »
    Merci Laura pour ta fraîcheur et ce titre d'une future exposition que tu viens de me donner.

     

     

    Danseuse & bâtard bleu
    2019, huile et acrylique sur papier, 60 x 40 cm


    6 commentaires
  • Pour l'exposition de l'Éolienne, j'ai retenu 36 toiles de petit format, présentées seules, par deux ou quatre dans une proposition que j'appelle Jardin des simples. Mais, hormis le format carré des toiles et l'usage de motifs simples ou élémentaires, il n'est question ni de jardin, ni de simples.

    Un parallèle avec l'écrit devrait éclairer ma démarche.
    Si un texte, une phrase, un mot ont du sens – pour le mot, au minimum, sa définition –, une lettre isolée ne fera pas sens.
    Dans cette série, je peins – j'écris – en usant des formes rudimentaires, aux contours incertains – des lettres en quelque sorte. Ce vocabulaire plastique obtenu en déchirant des papiers, la résistance du matériau ajoutant à l'aspect brut. L'œuvre résulte d'une combinatoire. L'inspiration essentiellement topographique peut entrer en résonance avec ce qui m'entoure dans l'action – propos entendus, images vues, fait divers...

    Yves Barré

     

    Je trouve souvent fumeux les discours autour de la peinture. Ici, pas mieux. Mais j'aurai essayé.

     


    20 commentaires
  • Yves BarréPourquoi passer une nuit sur le mont Chauve quand on peut dormir sur ses deux oreilles ?
    2018, acrylique sur toile, deux carrés de 20 x 20 cm

    Dans l'hypothèse improbable où il verrait tout autre sujet que celui qui est montré, je renvoie l'observateur aux guides Randoxygène.* On y apprend que sous la dénomination “mont Chauve”, à l’étymologie transparente, apparaissent en réalité deux sommets jumeaux, le mont Chauve d’Aspremont à l’Ouest (853 m) et celui de Tourrette à l’Est (785 m).

    Dans l'hypothèse improbable – mais pas autant qu'on peut l'envisager a priori – où il verrait tout autre sujet que celui qui est montré, M. Face, prénom Book, ferait claquer les lames de ses ciseaux. J'en donne pour preuve cette mésaventure survenue à Roger (je cite) :

    «              FACEBOOK ME CENSURE
    Le 23 février, en réponse à un ami, j'ai posté une publicité dont vous vous souvenez peut-être : LE 4 SEPTEMBRE, J’ENLÈVE LE BAS, elle date du 31 août 1981, elle montre une jeune femme seins nus, portant un slip de bain.
    Elle a été apposée à 900 exemplaires à Paris et ailleurs. Elle a reçu le grand prix de l'affichage de l'Union de la Publicité extérieure en 1982. 37 ans plus tard : CENSURE. Un des arguments : Pas d'organes génitaux ! (sic).** FB serait-il aussi regardant si j'avais mis une photo d'armes à feu ? »

    * L'observatrice tirera également profit de cette visite, bien que je n'imagine pas chez elle semblable méprise.
    ** Voyons ce qu'est un organe ici.

     


    10 commentaires
  • Yves Barré
    Notre fille ne perd pas le nord, répétaient à l'envi les parents de l'inventeur de la boussole.
    2018, acrylique sur toile, deux carrés de 20 x 20 cm

    – Vous ne trouvez pas ce titre un peu long ?
    – Non ! C'est le trouver qui a été un peu long.


    8 commentaires
  • Yves Barré

    Paysage bleu ou Déjeuner sur l'herbe
    2019, acrylique et pastels sur toile, 100 x 81 cm

     

     

    Pré-voyant, s'il en fut, Émile Zola écrivait  – qui pourrait s'appliquer ici :

    « Ce qu'il faut voir dans le tableau, ce n'est pas un déjeuner sur l'herbe, c'est le paysage entier, avec ses vigueurs et ses finesses, [...] cet ensemble vaste, plein d'air. ce coin de la nature rendue avec une simplicité si juste, toute cette page admirable dans laquelle un artiste a mis les éléments particuliers et rares qui étaient en lui.»*

     

    * Émile Zola, Édouard Manet, in Revue du XIXe siècle, n° 10, 1er janvier 1867


    10 commentaires
  • Yves Barré
    Étude pour un Paysage, 2019, pastels à l'huile sur toile, largeur env. 15 cm

    Une impression de déjà vu ? Sans doute, mais celui-ci c'est moi qui l'ai fait. C'est Mon déjeuner sur l'herbe.


    12 commentaires
  • Yves Barré

    Couple sur le pré
    2017-18, acrylique et pastels à l'huile sur toile, 100 x 81 cm

    En première intention, le pré était réduit à une simple ligne verte. Inscrire le couple enlacé comme un mot écrit sur une page blanche me semblait rendre compte de cette extase pendant laquelle le décor n'importe plus.
    – Et alors ? Ça ne l'a pas fait ?
    – Non, pas vraiment.

    Couple et pré sont désormais fondus dans un paysage. Le regardant se trouve maintenant face à une scène de genre.

     

    On peut suivre le cheminement de la création sur les billets suivants :
    – Sur le pré (2 études)
    – N'y a plus qu'à signer (premier état)

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique