• Yves Barré

    Retrouvé dans le tome IV des Œuvres complètes de San Antonio* (Fleuve noir, 1968), ce flyer – in french : prospectus – était devenu marque-page.

    Pour annoncer ce riche programme de poésie, cirque et chanson**, j'avais utilisé deux découpis. D'origine anglaise, le découpi date de la fin du XIXe siècle. C'est une figurine en papier découpé, imprimée en chromolithographie, ou chromo (pour les intimes). 

    Le mot découpi a toujours refusé son entrée dans les dictionnaires ; en représailles, il n'est pas valable au Scrabble.

     

    * Je relis mes classiques.
    ** En mars 2013.

     


    10 commentaires
  • Yves Barré

     

    Vue de l'atelier le 22 novembre 2019.

     

    Sur le chevalet, une proposition pour le projet P'eaux vives qui ravivera le souvenir des tanneries à la Suze-sur-Sarthe, au cours du premier trimestre 2020.


    10 commentaires
  • Yves Barré

     

    Face B, mal aimée des microsillons.

    Face B pour le festival des Printemps poétiques de la Suze.

     

     


    12 commentaires
  • Yves Barré

    Le festival des Printemps Poétiques revient à la Suze-sur-Sarthe pour sa 34e édition*.
    Sur le thème Animots en poésie, plus d'une vingtaine de bannières vont à nouveau claquer aux vents de la ville. En voici une, dans laquelle l'artiste a subtilement interprété le pré.
    – Mouais ! Et la vache dans tout ça ?
    – Cherchez pas la petite bête.

     

     

    * Du 28 mai au 7 juin. Informations sur le site des Amis des Printemps poétiques.


    12 commentaires
  • Yves Barré

    Dessin, encre et aquarelle, pour un spectacle donné par de jeunes circassiens.

    Signé et daté.


    16 commentaires
  • Yves Barré

    Dessin pour l'affiche du spectacle Des cailloux dans les godasses,, présenté par la Compagnie Les Caillasses. Deux pièces de Dario Fo et un monologue de Loïc Lappierre, Réseaux sociaux, dont l'ouverture a inspiré l'image :
    « Ce matin de 9 h 16 à 9 h 18 j'ai noué les lacets de mes chaussures.
    J'ai d'abord commencé par la droite puis ensuite la gauche.
    Je ne sais pas si c'est toujours ainsi, il faudra à l'avenir que je prenne des notes.
    Ah j'ai oublié, avant de nouer mes lacets j'ai enfilé mes chaussures blanches (car c'est dimanche). D'abord la gauche, puis la droite.
    [...]
    Désolé, encore un oubli, je manque décidément de méthode.
    Avant d'enfiler mes chaussures je me suis paré de magnifiques chaussettes à rayures blanches sur fond noir.»


    12 commentaires
  • Deux affiches retrouvées sur le net. (2011 et 2012)

    L'échelle, fabriquée à la main par un voisin, voilà près de quarante ans, rend toujours service et pas uniquement comme décor de théâtre.

    Compagnie Le Tal

    2 bancs 1 échelle

    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique