• Yves Barré

    Sculpture détruite. Merdre alors, comme le portrait d'Alfred Jarry par le Douanier Rousseau !


    4 commentaires
  • Yves Barré

     

    Cyclope et ses triples lunettes, une création de l'opticien fou.
    Il n'était peut-être pas nécessaire de s'y reprendre à trois fois pour dessiner ces lunettes. En tout cas, les six clopes y sont.

    Cette fois, on retrouve l'idée dans le recueil de Jean-Claude.

     

    Yves Barré
    Urticantes, pages 28 et 29


    4 commentaires
  • Yves Barré

    Ne m'imaginez pas capable de dénaturer le goût de mon café en plantant trois tulipes dans la tasse... Ce dessinateur est résolument incontrôlable.
    Un critique d'art renommé écrivait récemment à son propos : « La période dite "des trois tulipes" est très féconde chez Yves Barré : référence discrète à Hermès Trismégiste, on trouve ces trois fleurs dans nombre de ses tableaux de l'époque ainsi que sur des bouts de papier proches de son téléphone...»

     

    Dessin à la mine de plomb. Voir aussi le billet Trois tulipes du 3 mai et relire la notule critique dans les commentaires.


    9 commentaires
  • Yves Barré

    On va rétorquer que je sors la phrase de la chambre de son contexte, mais avouez quand même... « À chaque baiser, j'essayais de donner le meilleur de moi-même, mais l'escargot ne daignait toujours pas sortir de sa coquille.»*
    Je sais pas vous... mais moi, j'irai pas baiser un escargot sur la bouche, au risque de me prendre un tentacule dans l'œil.

    * Franz-Olivier Giesbert, Un très grand amour, collection Folio

     

    Ce dessin à la mine de plomb est un élément d'une petite série dont les trois tulipes constituent un point commun. Non daté, mais pas tout jeune.


    8 commentaires
  • Sérigraphie

    Autre sérigraphie tirée à l'atelier dessin de l'école primaire. Pour les amateurs de technique : trois passages seulement : bleu ; dégradé de brun et jaune ; noir.

    Yannis avait 10 ans. Il vole maintenant de ses propres ailes.


    8 commentaires
  • Il faut avoir roulé à vélo sur la neige pour noter avec une telle précision le bruit du pneu écrasant la fine couche glacée.
    On doit à Régine, alors au CM2, cette remarquable image poétique.*

    Sérigraphie

    Sérigraphie. Atelier de dessin de l'école primaire de Loué, 1981

     * Sur le blog, déjà, le 9 février 2018


    6 commentaires
  • Yves Barré

    On m'annonce – au téléphone, un matin tôt (trop) – que mon dessin, objet de concours, est retenu pour la couverture de la plaquette de l'exposition.
    – Mais, dites-moi, pourquoi avoir représenté François Mitterand ?
    En plus de tomber du lit, je tombe des nues. Je n'ai plus en mémoire une image précise du dessin et je ne rappelle pas l'intention de compromettre le président.
    Avec du recul, si Mona Lisa a sa tête de Joconde, si la Victoire de Samothrace n'a plus la sienne, si le melon a quitté la tête de Magritte, le dernier personnage a un vrai faux-air d'un qui aurait eu (ou pas, selon un autre) le monopole du cœur.

     

    Le dessin original est une sérigraphie (50 x 35 cm)


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique