•  

    Pamela Chougne

    Pamela Chougne s'est emparé de mon Personnage au cœur tout neuf pour lui donner vie.

    C'est joliment insolent. Comme l'ensemble des animations gif de l'artiste, à retrouver sur giphy.com.


    18 commentaires
  • Liseuse (Miel Barré) title=

    Quand elle n'est pas au lycée, Miel* reprend mirettes, ébauchoirs et façonne l'argile.
    Miel a un sens aigu de l'observation – quand on parle de mirettes ! – ; ici, elle s'est inspirée d'une statuette en plâtre pour modeler sa liseuse.
    Le jour où j'ai pris cette photo, Régine Beauvais me faisait partager le poème suivant, qu'elle m'autorise à publier.

     

    Sculpteur

    Tes mains se posent sur l'impatience de l'argile
    C'est elle qui te respire
    Il y a d'abord cette boue qui fait ombre
    Et la lumière t'appelle.
    Va et vient entre l'informe et l'accompli,
    Au bout des doigts agiles, des courbes s'esquissent,
    Silhouettes suspendues dans l'eau de tes yeux
    Ton regard habillé de rêves
    Cherche un trésor en devenir,
    Au milieu des plaies.
    Il te faut des témoins au large de toi,
    Des sourires,
    Alors ton cœur fait parler d'invisibles sources
    La beauté se cabre devant l'inerte, épousant la terre.
    Le feu de la matière fait jaillir la vie
    Offerte à tes défis pour d'autres naissances
    Grâce à tes mains.

    Régine Beauvais – 12.05.2017

     

    * Voir sur ahoui : des crocodiles, Saint-Exupéry...


    13 commentaires
  • Caricature

    Un paparazzi de la variété stylo feutre m'a croqué sur le vif et à mon insu, sur un salon de vieux livres et papiers.
    La natte est réussie. Pour le reste, je ressemble à Gérard. Le Gérard ? Non l'autre, l'ami de Louis-Michel.


    14 commentaires
  • Vu à St-Ouen-en-Champagne
    Vue à St-Ouen-en-Champagne, mai 2017 – Photo Michel Foucault

    Ce vendredi 7 avril, on donnait Du rififi chez la comtesse. une pièce de Jean-Claude Martineau.
    Faut-il-il voir malice dans ce voisinage d'affiches ?
    Doit-on se réjouir que la troupe n'ait pas choisi, parmi le répertoire de l'auteur : La Dégringolade, comédie en 3 actes ?

     

    Note : le titre est aussi emprunté au dramaturge.


    6 commentaires
  • au poète qui file (son) droit

    Maison (LD)                                                                                                                                                                     photo Laurent Deheppe

    On devrait ranger les manuels de droit sur les rayons de la poésie.

    La coutume d'Orléans, art. 243, porte : « Aucun ne peut faire chambres-aisées, nommées fosses-coyes, latrines ou fosses de cuisine, pour tenir eaux de maison, auprès du mur mitoyen, qu'on ne laisse franc ledit mur. Et avec ce doit être fait le mur dudit puits-à-retraites, ou fosses-coyes, aux dangers et dépens de celui qui fait ledit puits, de pied et demi d'épaisseur du moins, s'il n'y a partage, division ou paction au contraire. Et seront percées en sorte que la plus grande crue des eaux n'y puisse atteindre s'ils ne sont ès rues prochaines de la rivière.»

    J.B.J. Pailliet, Manuel de droit français, Paris, 1824

     

     


    7 commentaires
  • Rouge-gorge
    Rouge-gorge dans le lilas – septembre 2004

    Je viens d'écouter le rare enregistrement du geignard à long cou* et j'ai eu le sentiment que ce message m'était adressé : les oiseaux – mais aussi les chats, chiens, vaches –  ne seraient-ils pas fondés de s'opposer à la diffusion de leur image ou leur chant ?

     

    * Sur le CD Oiseaux d'ici et d'ailleurs (éditions du Pingouin d'or) que des amis viennent de nous offrir. Je les en remercie.

     


    8 commentaires
  • Document rare que m'envoie oncle Pa, ce jour. Ouvrez mirettes et ajustez pour repérer sur ce plan d'une mare albigeoise, l'ombre d'un orthétrum femelle. Je sais, on peut douter, on n'est pas né-e de la dernière pluie, l'auteur galèje... Pour couper court,  je me suis fait confirmer par un spécialiste qu'on savait reconnaître l'ombre d'une femelle à son bassin large, ce qui est le cas ici.

    On retiendra surtout le poème que cette vision a inspiré à oncle Pa.

    Ombre

    En miroir,
    cette ombre
    sur un lac,
    ce soir
    la nuit,
    presque noire.

    oncle Pa

     

     

    Le titre du billet est emprunté à Georges Brassens.


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique