• Rouge-gorge
    Rouge-gorge dans le lilas – septembre 2004

    Je viens d'écouter le rare enregistrement du geignard à long cou* et j'ai eu le sentiment que ce message m'était adressé : les oiseaux – mais aussi les chats, chiens, vaches –  ne seraient-ils pas fondés de s'opposer à la diffusion de leur image ou leur chant ?

     

    * Sur le CD Oiseaux d'ici et d'ailleurs (éditions du Pingouin d'or) que des amis viennent de nous offrir. Je les en remercie.

     


    8 commentaires
  • Document rare que m'envoie oncle Pa, ce jour. Ouvrez mirettes et ajustez pour repérer sur ce plan d'une mare albigeoise, l'ombre d'un orthétrum femelle. Je sais, on peut douter, on n'est pas né-e de la dernière pluie, l'auteur galèje... Pour couper court,  je me suis fait confirmer par un spécialiste qu'on savait reconnaître l'ombre d'une femelle à son bassin large, ce qui est le cas ici.

    On retiendra surtout le poème que cette vision a inspiré à oncle Pa.

    Ombre

    En miroir,
    cette ombre
    sur un lac,
    ce soir
    la nuit,
    presque noire.

    oncle Pa

     

     

    Le titre du billet est emprunté à Georges Brassens.


    10 commentaires
  • Peinutre

     

    J*** m'adresse cette image surprise dans une grande surface d'Alençon.
    On l'a échappé belle, avec les mêmes lettres, on pouvait tirer les mots URINE & PET peu flatteurs.

    Autre PEINTURE en action avec cette pancarte brandie dans une manif du 1er mai :
    « Les peintres sont au bout du rouleau »

     


    13 commentaires
  • Saint-Exupéry, par Miel

     

    Miel ne risque pas de figurer au palmarès du festival d'Angoulême, parce que
    – 1°, son œuvre n'est pas une BD, mais une pièce en terre chamottée*, sortie de la première cuisson de son four à poterie ;
    – 2°, Miel est une jeune fille**.

    * On aura reconnu l'auteur du Petit Prince.
    ** Déjà présente sur ce blog avec des crocodiles.


    10 commentaires
  •  

    auteur

    Albert détourne un instant son regard vers le paysage qui mène grand train. Il voit des arbres. Il voit un étang. Il roule son fauteuil vers l'étang. Ses jambes flottent allègrement sur l'eau verdâtre. Il y a du sang partout. Le fauteuil avance sur l'eau. L'eau jaunit, avec une forte inclination vers l'orange. Dans une imploration pathétique, Albert tend ses deux bras vers ses deux jambes.

     

    photographe

    citoyen

    Voici 3 ans, M. B. déclarait que Le Mans disposait d’un nombre suffisant de zones commerciales. En effet, l’agglomération avait une densité supérieure de 20 % à la moyenne nationale.

    Le 2 septembre 2014, la Commission Départementale d’Aménagement Commercial de la Sarthe valide l’implantation d’une zone commerciale de plus de 100 000 m2 à Béner. Le 4 juin 2015, le conseil communautaire du Mans Métropole vote pour (Seuls les Verts votent contre. Il  y a 4 abstentions).

    M. B. prétend qu’il s’agit seulement du transfert du Leclerc des Fontenelles à Bener. En réalité, c’est un cadeau qu’il fait à son ami M. Hervé, PDG de Leclerc. Inouï : un patron impose ses vues aux élus. Et les contribuables paient.

    Le projet de Béner est nuisible :

    = Il crée de nouvelles structures commerciales totalement inutiles.

    = Il contribue à la désertification des commerces du centre-ville.

    = Il renforce l’engorgement de la circulation dans le secteur.

    = Avec la bitumisation d’une surface considérable, la présence d’une station service et d’une aire de lavage, la qualité de l’eau de l’Huisne toute proche qui alimente l’agglomération mancelle est en danger.

     

    DITES NON AUX NUISANCES

    DITES OUI A LA SANTE DE TOUS


    votre commentaire
  • Chaise de Jacob (TG)

     

    Chaise de Jacob, dessin de Thierry Gaudin rehaussé à l'or fin*.

     

    Jacob est tradeur. Ce n'est un job de tout repos**. La bourse... ça n'en finit de monter et descendre. À l'heure vespérale, il doit encore filer par le dossier de son siège, pour négocier le rachat de quelques actions auprès du Grand Ordonnateur.
    Quand je vous dis que tradeur n'est pas un job de tout repos !

    * Le dessin est rehaussé... Pas Thierry ! Cela allait sans dire.
    Ce dessin, en échange d'un lot de cartes chaisistes. Il en reste. Faites-vous plaisir. Lire En vedette.
    ** Les esthètes apprécieront le soin extrême apporté au choix des mots.


    9 commentaires
  • Pour me consoler de n'avoir pas touché le premier lot au tirage de la Grande Tombola de Durcet, un ami qui me veut du bien – avait-il une complice ? – m'a offert les Chants du paysan de Paul Déroulède (4e édition, Calman Lévy, 1894) et cet improbable roman gai d'Yves Barré* : Mézidon-les-Oies (éditions de la Pensée nouvelle, sans date).

    Sur l'image, on peut me voir dans ma danse de la plus grande satisfaction devant le bananier. En dépit des apparences, il s'agit là d'un autoportrait.

    Autoportrait au bananier Autoportrait au bananier – 2015

    * L'ami pouvait-il se douter que c'est aussi mon nom ?


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique