• Vu à St-Ouen-en-Champagne
    Vue à St-Ouen-en-Champagne, mai 2017 – Photo Michel Foucault

    Ce vendredi 7 avril, on donnait Du rififi chez la comtesse. une pièce de Jean-Claude Martineau.
    Faut-il-il voir malice dans ce voisinage d'affiches ?
    Doit-on se réjouir que la troupe n'ait pas choisi, parmi le répertoire de l'auteur : La Dégringolade, comédie en 3 actes ?

     

    Note : le titre est aussi emprunté au dramaturge.


    6 commentaires
  • au poète qui file (son) droit

    Maison (LD)                                                                                                                                                                     photo Laurent Deheppe

    On devrait ranger les manuels de droit sur les rayons de la poésie.

    La coutume d'Orléans, art. 243, porte : « Aucun ne peut faire chambres-aisées, nommées fosses-coyes, latrines ou fosses de cuisine, pour tenir eaux de maison, auprès du mur mitoyen, qu'on ne laisse franc ledit mur. Et avec ce doit être fait le mur dudit puits-à-retraites, ou fosses-coyes, aux dangers et dépens de celui qui fait ledit puits, de pied et demi d'épaisseur du moins, s'il n'y a partage, division ou paction au contraire. Et seront percées en sorte que la plus grande crue des eaux n'y puisse atteindre s'ils ne sont ès rues prochaines de la rivière.»

    J.B.J. Pailliet, Manuel de droit français, Paris, 1824

     

     


    7 commentaires
  • Rouge-gorge
    Rouge-gorge dans le lilas – septembre 2004

    Je viens d'écouter le rare enregistrement du geignard à long cou* et j'ai eu le sentiment que ce message m'était adressé : les oiseaux – mais aussi les chats, chiens, vaches –  ne seraient-ils pas fondés de s'opposer à la diffusion de leur image ou leur chant ?

     

    * Sur le CD Oiseaux d'ici et d'ailleurs (éditions du Pingouin d'or) que des amis viennent de nous offrir. Je les en remercie.

     


    8 commentaires
  • Document rare que m'envoie oncle Pa, ce jour. Ouvrez mirettes et ajustez pour repérer sur ce plan d'une mare albigeoise, l'ombre d'un orthétrum femelle. Je sais, on peut douter, on n'est pas né-e de la dernière pluie, l'auteur galèje... Pour couper court,  je me suis fait confirmer par un spécialiste qu'on savait reconnaître l'ombre d'une femelle à son bassin large, ce qui est le cas ici.

    On retiendra surtout le poème que cette vision a inspiré à oncle Pa.

    Ombre

    En miroir,
    cette ombre
    sur un lac,
    ce soir
    la nuit,
    presque noire.

    oncle Pa

     

     

    Le titre du billet est emprunté à Georges Brassens.


    10 commentaires
  • Peinutre

     

    J*** m'adresse cette image surprise dans une grande surface d'Alençon.
    On l'a échappé belle, avec les mêmes lettres, on pouvait tirer les mots URINE & PET peu flatteurs.

    Autre PEINTURE en action avec cette pancarte brandie dans une manif du 1er mai :
    « Les peintres sont au bout du rouleau »

     


    13 commentaires
  • Saint-Exupéry, par Miel

     

    Miel ne risque pas de figurer au palmarès du festival d'Angoulême, parce que
    – 1°, son œuvre n'est pas une BD, mais une pièce en terre chamottée*, sortie de la première cuisson de son four à poterie ;
    – 2°, Miel est une jeune fille**.

    * On aura reconnu l'auteur du Petit Prince.
    ** Déjà présente sur ce blog avec des crocodiles.


    10 commentaires
  •  

    auteur

    Albert détourne un instant son regard vers le paysage qui mène grand train. Il voit des arbres. Il voit un étang. Il roule son fauteuil vers l'étang. Ses jambes flottent allègrement sur l'eau verdâtre. Il y a du sang partout. Le fauteuil avance sur l'eau. L'eau jaunit, avec une forte inclination vers l'orange. Dans une imploration pathétique, Albert tend ses deux bras vers ses deux jambes.

     

    photographe

    citoyen

    Voici 3 ans, M. B. déclarait que Le Mans disposait d’un nombre suffisant de zones commerciales. En effet, l’agglomération avait une densité supérieure de 20 % à la moyenne nationale.

    Le 2 septembre 2014, la Commission Départementale d’Aménagement Commercial de la Sarthe valide l’implantation d’une zone commerciale de plus de 100 000 m2 à Béner. Le 4 juin 2015, le conseil communautaire du Mans Métropole vote pour (Seuls les Verts votent contre. Il  y a 4 abstentions).

    M. B. prétend qu’il s’agit seulement du transfert du Leclerc des Fontenelles à Bener. En réalité, c’est un cadeau qu’il fait à son ami M. Hervé, PDG de Leclerc. Inouï : un patron impose ses vues aux élus. Et les contribuables paient.

    Le projet de Béner est nuisible :

    = Il crée de nouvelles structures commerciales totalement inutiles.

    = Il contribue à la désertification des commerces du centre-ville.

    = Il renforce l’engorgement de la circulation dans le secteur.

    = Avec la bitumisation d’une surface considérable, la présence d’une station service et d’une aire de lavage, la qualité de l’eau de l’Huisne toute proche qui alimente l’agglomération mancelle est en danger.

     

    DITES NON AUX NUISANCES

    DITES OUI A LA SANTE DE TOUS


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique