• Yves Barré    Ardoise

     

    De l'emploi du conditionnel.

    Un chef-d'œuvre éventuel courrait un grand danger à la rencontre d'une éponge.

    Ces dessins datent – dataient – de février 2007. Il ne reste peut-être plus que ce témoignage photographique.


    6 commentaires
  • Yves Barré

     

    Le baiser qui décoiffe
    2018, pastels à l'huile sur kraft, env. 20 x 20 cm

     

    « Il m'écrit un bisou.
    Mais je n'en veux pas.
    Oh, j'en connais l'espèce, à qui ne serait-elle pas familière ?
    Un bisou borde les peines, clôt les lèvres.
    C'est une monnaie de billon, un passe-avant
    La paix achetée.»
    [...]

    Élisabeth Pino
    Maraudes, La Pensée vagabonde, 2013


    7 commentaires
  • Yves Barré

    On appelle diptères les insectes qui ont deux ailes et quadrupèdes ceux qui marchent à quatre pattes.*

     

    * YB, La Science approximative, 2 volumes à paraître ou pas.


    14 commentaires
  • Yves Barré

     

    Ne croyez pas qu'il est facile de dessiner des petits miquets ou pourquoi faire simple quand on pouvait faire compliqué ?

     

    Quatre états d'une Calamity Jane à ma façon. Dans l'ordre d'apparition sous la plume.

     

    Cow-girl


    10 commentaires
  • Yves Barré
    Page de brouillon, 2017

    Dessins inspirés du spectacle Bêtes curieuses, donné par la Compagnie Cet été.
    « Nous jouons, nous dansons, nous aimons. Nous sommes des bêtes. Nous sommes curieux. Des bêtes curieuses.»


    10 commentaires
  • Yves Barré

    Supplément illustré et gratuit au billet paru hier sur l'excellent biloba.*

    Jean-Claude y annonce la parution imminente, aux éditions Gros Textes, des Tweets du pinson et autres aléatoires.** Pour plaire à notre fidèle lectorat, voici les premiers jets de deux images du recueil. On pourra les comparer à la version finale.

     

    * Nous nous encourageons mutuellement parce que nous le valons bien.
    ** Lire la présentation du recueil sur le biloba du 25 mars.


    14 commentaires
  • Yves Barré

     

     

    Sur ce tableau de Neefs le vieux, élève de H. van Steenwyck le vieux, on remarque au premier plan, à droite, un cavalier saluant une dame accompagnée d'une servante qui conduit un enfant par la main.
    – Mais on ne voit pas le cavalier sur ta copie !
    – Las, non ! Le temps que je croque la servante et l'enfant, il avait filé, emportant la dame en croupe.


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique