• Yves Barré

     

    Reprise de croquis réalisé naguère en atelier.

    Nu, 2020, fusain et pastels sur papier kraft

    « Car toujours M. Asselin s'en va content, comme un peintre qui, à force de génie, serait parvenu à bien dessiner un pied.»*

    * Théodore de Banville, En rêve,
    supplément littéraire de La Lanterne (3 janvier 1892)
    source: gallica.bnf.fr


    10 commentaires
  • Yves Barré

     

     

    Portrait d'enfant, 2020, encre sur carton, 29,2 x 21 cm

     

    Après le tirage de linogravures,
    juste avant le nettoyage des outils,
    avec un surplus d'encre typographique,
    sur un bout de carton qui traînait là...
    Pourrais-je être plus précis ?


    12 commentaires
  • Au mot poitrine, on rougit toutes les deux.
    Paola Pigani (Des orties et des hommes)

    Études
    Études pour un nu, 2020, techniques diverses

    Seins fermes, haut placés, de galbe régulier... ai-je cédé à un conformisme de représentation ou suis-je resté fidèle à mon modèle ?

    Dans son article Les seins des femmes, cible d’injonctions*, Camille Froidevaux--Metterie relève notre penchant normatif :

    « De l’Antiquité grecque à aujourd’hui, les représentations des seins des femmes sont très homogènes : un sein en forme de demi-pomme, c’est-à-dire rond, haut et ferme.
    La forme et le volume des seins sont très variés, mais aussi ceux de leurs aréoles, de leurs tétons. On n’imagine pas l’infinie diversité. Car on n’en a aucune représentation.
                    [...]
    Il revient aux marques de mode, journalistes, artistes, réalisateurs, réalisatrices, de révéler et de banaliser la diversité des seins, pour que les jeunes filles et les femmes puissent accepter leurs seins tels qu’ils apparaissent et tels qu’ils évoluent. Nous devons nous débarrasser de cette idée que nos seins ne sont jamais assez beaux.»

     * Journal Ouest-France, 15.08.20


    10 commentaires
  • Yves Barré

    « La poésie affectionne particulièrement certains termes ; par exemple char, coursier, guerrier, nautonier sont des termes plus poétiques que voiture, cheval, soldat, marin, qui ont la même signification. Cette règle souffre toutefois de nombreuses exceptions. Dans les sujets simples et familiers, par exemple, le mot vulgaire doit souvent être préféré au synonyme qui sentirait un peu l'emphase ou la recherche.
    La Fontaine a dit :
       " Dans un chemin montant ...
       " Six forts chevaux tiraient un coche."
    Un mauvais poète aurait dit peut-être :
       " Six forts coursiers tiraient un char." »*

    Et la pomme dans tout ça ?

     

     

    * Revue pédagogique de l'enseignement rationnel, 1853

    À force d'avoir n° 20, 2020, crayons sur papier kraft, A4


    10 commentaires
  • Chevales qui pleurent

     

    Chevales qui pleurent
    2020, crayons sur papier kraft, A4

     

    Sans vergogne, j'emprunte à Jean-Pierre Verheggen, sa graphie de l'equus caballus.*

            Uh ! La Musique ! Hue, avec la Chevale !
            Dia A dada et bossa-Nova d'vinaigre.**

     

    * Ce latin est d'un chic !
    ** du poème Chevale, dans La Grande Mitraque, Fagne, 1968

     


    14 commentaires
  • Mur

    Yves Barré

    En marge 14, 2020, stylo sur papier, A4

     

    Si je partage avec vous quelques lignes de Pierre Tilman, vous n'y verrez avec raison qu'un écho lointain au dessin ci-dessus, hormis qu'il est fait état d'un mur et que je ne voulais pas trop en dire.

    « tu fais quoi avec les mots ?

      tu fais des murs avec les mots

      tu masques derrière le mur des mots
      ce que tu ne veux pas dire
      ce que tu ne peux pas dire »


    * extrait de Tu la mets où la vie dans ta vie ? de Pierre Tilman, aux éditions Gros Textes, 2017
    Ce recueil et 3 autres (Il vit et il parle de sa vie, La chaise la table le réfrigérateur, Poème du temps qui passe) groupés dans un étui carton (16 €).
    Voir sur le site des éditions.


    12 commentaires
  • « L'accès à la vue, disait Fournival, passe par des peintures ; l'accès à l'ouïe par des paroles. Leur mérite, aux unes comme aux autres, ne consiste pas seulement en la proposition d'une image ou d'un texte sans progrès ni variation, mais en la re-création, dans le temps et le lieu propres au lecteur, de ce qui a été conçu et exprimé en images ou en paroles à une autre époque et sous d'autres cieux.»*

    Yves BarréEn marge 31, 2020, stylo sur papier, A4


    Alberto Manguel, Une histoire de la lecture, Actes Sud, 1998
    Richard de Fournival, auteur du Bestiaire d'amour, vers l'an 1250


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique