• Yves Barré

    Dessin du 23.11.20
    encre de Chine et acrylique sur papier, 39 x 26,5 cm

     

    Chaque jour, un dessin. Parfois deux. Support : la double page d'un magazine. Pas de croquis préalable. Pinceau trempé dans l'encre de Chine pour le tracé. Remplissage à l'acrylique. Notation de la date : c'est un journal.

    Journal de l'émotion du jour, de l'heure ou de la seconde. Pour libérer d'éventuelles tensions. Des ami·e·s trouvent l'inspiration plus sombre. À raison sans doute.

    « À moins de frais, on aurait pu faire de la vie, au lieu de faire de l'art », écrivait Vincent Van Gogh à son frère Théo.

     


    9 commentaires
  • Yves Barré

    Dessin du 18.11.20, Toucher le ciel n'est pas acquis
    encre de Chine et acrylique sur papier, 39 x 26,5 cm

     


    12 commentaires
  • Yves Barré

     

    Dessin du 16.11.20, Votre tension est optimale
    encre de Chine et acrylique sur papier, 39 x 26,5 cm


    10 commentaires
  • Yves Barré

     

    Dessin du 10.11.20, Voici l'alexandrin, le bel alexandrin
    encre de Chine et acrylique sur papier, 39 x 26,5 cm

    Les dessins, objets des billets du blog ces temps-ci, en plus de n'être pas léchés, ne sont pas des plus gais. Celui du 10 novembre échappe à l'ambiance générale, en ce que son titre annonce la couleur – on remarquera aussi la césure pile-poil à l'hémistiche.

    Note ampliative :
    Compter les pieds d'un alexandrin sur ses doigts, c'est s'exposer à une approximation.

     


    16 commentaires
  • Yves Barré

    Dessin du 4 novembre 2020
    encre de Chine et acrylique sur papier, 39 x 26,5 cm

    Aux USA, grand pays d'Amérique du nord, les Démocrates prêtent à l'âne des qualités d'humilité, de ruse et de courage quand les Républicains le voient têtu et risible. Têtu et risible ! ça me fait penser à quelqu'un.*

    Afin qu'on reconnaisse un âne dans le sujet bleu ci-contre, j'invite à porter attention à la longueur des oreilles, à celle de la queue (cette chose qui semble flotter dans l'air) et, bien que toutes les dents ne soient pas représentées, à la remarquable barre (là où viendrait reposer le mors si on attelait). Pour le reste, disons qu'on aperçoit un éléphant.

     

    * J'écris ça, j'écris rien.


    10 commentaires
  • Yves Barré
    Dessins du 3 novembre, encre de Chine et acrylique sur papier, 2 X 39 x 26,5 cm

    Le court commentaire ci-dessous n'a aucun rapport avec l'image. Quoique... à bien y regarder

    Christophe Deloire, dans L'homme qui ne se retourne pas (Flammarion, 2014) :
    « les chars piétinaient les manifestants de leurs chenilles dans tout Pékin »
    – Avec leurs chenilles, dites-vous ?
    – Bien sûr, vous ne croyez pas que les chars se déplacent à pied.

     

    Livres du jour. De Joann Sfar : Le Chat du rabbin (volume 10, Dargaud) et La Chanson de Renart (Gallimard), achetés dans une librairie indépendante.


    6 commentaires
  • Yves Barré
    Deux dessins du 2.11.20, encre de Chine et acrylique sur papier, 39 x 26,5 cm

    – Boycotter Amazon ! Vous n'y pensez pas, malheureuse, ce serait se priver des recettes de la taxe Gafa.

    Livres du jour : Ça, qui me poursuit, de Sylvie Durbec, acheté auprès de l'éditeur Les Carnets du dessert de lune & La Renouée des oiseaux, de Paola Pigani, éditions la Boucherie littéraire, acheté en librairie indépendante.


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique