• Yves BarréPaysage avec vert qui ne dit pas son nom, 2018, acrylique sur toile, 50 x 50 cm

    Dans son Dictionnaire des teintures (1828), G.T. Douin affirme que « Le vert n'est point une couleur simple ; il résulte presque constamment du mélange du bleu et du jaune. Il est peu de couleurs dont les nuances soient plus nombreuses et plus variées. On connoit dans le commerce le vert naissant, le vert gai, le vert printemps, le vert laurier, le vert molequin, le vert de mer, le vert céladon, le vert perroquet, le vert chou, le vert pomme, le vert pistache, le vert bouteille, le vert canard, le vert de Saxe, le vert anglais, le vert merd'oie, le vert américain, le vert d'eau, etc. »

    Quelle belle collection de verts ! Cela suffira-t-il à nommer les deux verts de ce tableau.
    Si le premier est gai, tant on a abusé du jaune, le second n'est pas aussi céladon qu'il le prétend, en raison d'un doigt de rouge et d'un soupçon de noir qui le ternissent.

     


    6 commentaires
  • Rencontres de St-Céneri

    J'ai le bonheur de faire partie des artistes retenus cette année pour les Rencontres de Saint Céneri.
    J'y présenterai une sélection de paysages. Celui-ci peut-être :

    Yves Barré
    Talus aux coucous, 2018, acrylique sur toile, 20 x 20 cm

     

     


    12 commentaires
  • Yves BarréCela fait des ocres, 2018, acrylique sur toile, 20 x 20 cm

    Tout a commencé comme une écriture peinture en marge de projets qui nécessitent des temps d'exécution plus longs. Notes de pensées picturales, réemploi de motifs ou confrontations de couleurs. Sur toiles carrées de 20 cm de côté. Au fil des jours, cela finit par constituer un univers cohérent que je continue à enrichir.


    7 commentaires
  • Partage de l'unPartage de l'un, 2018, acrylique sur toile, 20 x 20 cm

     


    16 commentaires
  • à Peggy, pour son Carré bleu

    Yves BarréCarré bleu, 2018, acrylique sur toile, 20 x 20 cm

    Allongé sur le Divan* de son poème, Edmond Rostand ne voit plus par la fenêtre qu'un carré de ciel bleu.

    Et je n'aperçois que du bleu, du bleu,
          Du bleu dans la baie ;
    Le soleil y vient, une heure, au milieu,
          Faire sa flambée ;

    Puis, le carré bleu pâlit vers le soir,
          Prend un vert turquoise ;
    Puis il s'assombrit, devient presque noir :
          C'est comme une ardoise.

     

    * Le Divan, texte intégral dans Les Musardises (gallica.bnf.fr)

     


    12 commentaires
  • Yves BarréPeinture du 30 mars 2018, acrylique sur toile, 46 x 55 cm

    – Sans la pie, le tableau de Monet ne serait pas ce paysage de neige qui frise la perfection.
    – Oui, sans doute...
    – Alors, ici, manque une coccinelle, petite touche complémentaire parmi ces verts...
    – Ça ne frise donc pas la perfection.

     


    18 commentaires
  • Yves Barré

    Un moro-sphinx est entré par effraction distraction dans l'atelier.
    Un brin désorienté. Pour le saluer, cette petite toile :
    Dirait-on pas des coccinelles ? C'est le titre.
    Et ne me demandez pas comment je suis passé du papillon
    aux coccinelles.

     

     

    Moro-sphinx
                                 Moro-sphinx (photo Maïette)

     

    Dirait-on pas des coccinelles ? 2018, acrylique sur toile, 24 x 19 cm

     

     

     


    10 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires