• Du premier mot au dernier mo(r)t

    Du premier mot au dernier mo(r)t
    2017, gravure sur rhénalon,
    tirage sur papier de riz, 21 x 20 cm

     

    Le temps entre ces deux éternités, celle qui précède la naissance et celle qui suit la mort, ne relève-t-ll pas lui-même de l'éternité ?

    Je vous laisse là-dessus, j'ai un soufflé dans le four.


    8 commentaires
  • Arbres

    C'est devenu un rite. Après le déjeuner dominical, on va au parc.
    Devinez qui on a rencontré, hier...
    Madame Dubois et son dernier. Il ne doit pas rigoler tous les jours le petit. Manquerait plus qu'il grimpe aux arbres ! Madame Dubois est du genre rigide en matière d'éducation, mais bon, elle ne fait pas de politique.


    12 commentaires
  • La fleuriste chérit...
    La fleuriste chérit ses cactus et son nourrisson, objet blistérieux en cours de réalisation

    Profitons de l'occasion pour saluer la fleuriste et rappeler un point de grammaire.
    On n'omet pas de faire la différence entre dans le pot et sur le pot (ex : Le cactus est dans le pot, le nourrisson sur le pot.), de même qu'on s'attache à marquer la différence entre dans les dents et sur les dents (ex. F.F. l'a dans les dents, ses avocats sont sur les dents)


    16 commentaires
  • Rouge-gorge
    Rouge-gorge dans le lilas – septembre 2004

    Je viens d'écouter le rare enregistrement du geignard à long cou* et j'ai eu le sentiment que ce message m'était adressé : les oiseaux – mais aussi les chats, chiens, vaches –  ne seraient-ils pas fondés de s'opposer à la diffusion de leur image ou leur chant ?

     

    * Sur le CD Oiseaux d'ici et d'ailleurs (éditions du Pingouin d'or) que des amis viennent de nous offrir. Je les en remercie.

     


    8 commentaires
  • M. Valentin

    M. Valentin, roi des caoutchoucs et gabardines et son coupé-carrosse Voisin.

     

    Monsieur Valentin, roi des caoutchoucs et gabardines, doit sa fortune à la pluie qu'il faisait comme pas un.
    C'est sa fête aujourd'hui.
    Bonne fête M. Valentin.

     

    Les papibeverophiles ne manqueront pas d'ajouter à leur collection ce superbe buvard :

    Valentin

     

     

    Source photos : gallica.bnf.fr (1924) et delcampe.net
    Titre du billet emprunté à Serge Gainsbourg (l'Ami Caouette)

     


    6 commentaires
  • Le paticycle

     

    Le Paticycle.


    C'est un sport tout nouveau, qui, si la mode s'en mêle, peut prendre un vif essor. Il est en tout cas fort gracieux ; ses adeptes, n'évoquent-ils pas le souvenir de l'antique dieu : Mercure aux pieds ailés.


    Le Paticycle tient de la bicyclette et du patin à roulettes ; à chaque jambe l'on attache une tige portant une semelle d'aluminium, et une petite roue de 0 m 30 environ, tournant librement autour de son axe.


    Le pied du patineur est attaché sur la semelle ; la roue repose sur le sol. Elle est montée sur billes et garnie de pneumatique.


    Voici notre paticycleur armé de ses paticycles ; il lui reste à en apprendre l'usage ; ce n'est, paraît-il, pas très difficile, et c'est en tout cas sans danger ; la semelle sur laquelle repose le pied est en effet très voisine du sol, et la partie avant du pied reste libre et dégagée ; dès que l'on se sent sur le point de perdre l'équilibre, on reprend avec la pointe du pied contact avec le sol. En quelques séances, on trouve son équilibre, tout comme l'apprentissage du patin ou de la bicyclette.


    Le paticycle permet d'atteindre de bonnes vitesses : 18 à 20 km à l'heure sur bonne route ; mais il faut, à la façon des skieurs sur la neige, se munir de deux cannes à bouts caoutchoutés, pour pouvoir aborder les déclivités.

    En vente chez F. Leblanc, 18 rue Vernier, Paris (17e).

    Utilisation du paticycle



    Ce document (texte et images) est extrait de l'excellent site du Conservatoire numérique des Arts et Métiers (Cnum)


    5 commentaires
  • Morel gagnant de la course de paticycles

     

    Retour sur un détail qui a échappé à certains des lecteurs dans le billet précédent.
    Quand Viola demande à sa sœur Comment va le maillot ?, elle ne se préoccupe pas de lingerie, mais use – à son insu peut-être – d'une métonymie.

    Aujourd'hui, intéressons-nous à un autre Maillot. Celui de la Porte.

    Que s'y passa-t-il de remarquable le 7 octobre 1923 ? On y avait organisé une course de paticycles brillamment remportée par Morel.
    Sur notre photo, le vainqueur ne s'est pas défait de son paticycle (Porter le regard vers les pieds de l'athlète).

    Le prochain billet offrira un cours par correspondance complet de l'utilisation du paticycle. Retenez votre place.

     

     

    Source image : gallica.bnf.fr


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires