• Yves Barré

     

    Ruillé-en-Champagne
    Chemin de la Doigtée en septembre
    2022, acrylique sur toile, 40 x 30 cm


    4 commentaires
  • Yves Barré

    Je dessinais des papillons quand ce toucan est arrivé à l'improviste et pipe en bec !

    Drôle d'oiseau ! aurait dit Buffon : « On ne peut s'empêcher d'être étonné que la Nature ait fait la dépense d'un bec aussi prodigieux pour un oiseau de médiocre grandeur, & ce bec mince & faible, loin de servir, ne fait que nuire à l'oiseau, qui ne peut rien saisir, rien diviser, & qui pour se nourrir est obligé de gober & d'avaler sa nourriture en bloc, sans la broyer ni même la concasser.»

     


    9 commentaires
  • Ma mutuelle, harmonieuse mutuelle, m'écrit.

    Je reçois le 18 mai 22, son courrier daté du 12 avril 22. L'homme de la Poste aurait-il flâné en chemin ?

     

    Mutuelle

     


    6 commentaires
  • Yves Barré

    Ceci est une orange. Qu'alliez-vous imaginer ?


    10 commentaires
  • On peut dire ça comme ça

    Chassé par la Révolution du collège où il enseignait, l'abbé Pierre de la Mésangère, au chômage,  s'attacha alors à décrire les toilettes des femmes dans  le Journal des dames et des modes. Deux mille gravures, réparties en vingt volumes détailleront les Costumes parisiens de la fin du XVIIIe siècle et du commencement du XIXe.*
    Les noms du dessinateur et du graveur ne sont hélas pas mentionnés. Sans vergogne, je leur ai emprunté les portraits des modèles pour composer les vignettes du Ficelle, tout frais paru : un recueil d'aphorismes de Bernard Colas, On peut dire ça comme ça.**

     

    Pour le plaisir :
    « Il n'est pas facile de vieillir. Mais une fois qu'on a commencé, mieux vaut finir.»

     

    * à voir sur le site gallica.bnf.fr
    ** Bernard Colas, On peut dire ça comme ça, collection Ficelle partagée, Rougier V. éditeur, 36 pages, 13 €


    4 commentaires
  • WIP

    Yves Barré

    Travail en cours, 11 & 13 mai 22

     


    6 commentaires
  • Yves Barré

     

    Dessin du 4 mai 22
    St-Symphorien, route de Maupertuis, champ de lin
    acrylique sur papier, 42 x 28,5 cm

     

    « Sur la luzerne en fleur assise,
       Qui chante dès le frais matin ?
       C'est la fille aux cheveux de lin,
       La belle aux lèvres de cerise.»*

    Comme ils avaient la rime vive et gaie, ce jour-là, Charles Marie René Leconte, de Lisle !

     

     

     

    * La fille aux cheveux de lin, Poèmes antiques


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires