• Paresse estivale 19

    Yves BarréNormandie, 2017

     

     Si un petit chat
    savait que sa mère est morte
      aurait-il chagrin ? *

     

    * Apogée de la paresse, haïku tordu, emprunté sans vergogne à Jules Renard :
    « Si un petit chat savait que sa mère est morte, dit Baïe, aurait-il du chagrin ? » (Journal, 22.12.1899)

    « De la poésie comme ça...Paresse estivale 20 »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 2 Septembre à 06:17

    Merci, monsieur Ahoui, pour votre "probité candide" et votre "lin blanc"... (Jules)

      • Jeudi 2 Septembre à 21:26

        La probité, je fais plutôt ça en amateur.

    2
    Jeudi 2 Septembre à 11:18
    thé ache

    une goutte de tendresse dans un monde de brutes

    signé : Gaspard 

      • Jeudi 2 Septembre à 21:28

        Gaspard, chat des villes, partagerait-il le repas de Fripouille, chatte des champs ?

    3
    Jeudi 2 Septembre à 14:30

    Superbe nature morte !

      • Jeudi 2 Septembre à 21:40

        Morte de chez morte, dirait un jeune ami qui fait du wheeling* avec sa mob**.

        * roue arrière, in french
        ** apocope de mobylette.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :