• Une petite goutte ?

    Yves Barré

    Je n'ai pas refermé le Dictionnaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial de Le Roux.

    Quand mon Petit Larousse (1972) propose tristement : « Copulation.  Accouplement d'un mâle et d'une femelle », le savoureux dictionnaire comique se lâche :

    Copulation. Vieux terme qui s'emploie dans le burlesque, & signifie l'action qui donne des citoyens à un État.
         Maint Auteur antique & récent,
         Bien instruit en toute doctrine
         Soutient que la goutte descend
         De copulation divine,
         Et que de Bacchus & Ciprine
         Naquit un enfant maupiteux.
         Mais nonobstant cette origine,
         C'est pauvre chose qu'un goutteux.
                                (Conrart)

     

    Le tableau ci-contre a pour titre Désir du chien. Ne pas demander ce qu'il vient faire dans mon nœuvreû complait*. Je n'ai pas la réponse.

     

    * Emprunt à Boris Vian

    « Co*uilleÀ la gendarme, dites-vous »

  • Commentaires

    1
    Samedi 29 Septembre à 11:16

    merci pour ces précisions; nonobstant la courbe démographique de l'état français est assez inquiétante en ce moment pour ne pas avoir à rajouter une goutte

    signé : un mot piteux

      • Dimanche 30 Septembre à 09:42

        Oui, qui paiera nos retraites ?

    2
    K
    Samedi 29 Septembre à 11:38

    Une larme, citoyens ?

      • Dimanche 30 Septembre à 09:42

        Jusqu'au trait.

    3
    Samedi 29 Septembre à 17:45

    copulons donc !

      • Dimanche 30 Septembre à 09:43

        Et grand bien nous fasse.

    4
    Dimanche 30 Septembre à 06:58

    Les chiots et les chiottes seront d'un beau violet...

      • Dimanche 30 Septembre à 09:44

        Ou tachetés comme des dalmatiens.

    5
    Minik do
    Dimanche 30 Septembre à 07:40

    Avis à la copulation

    Que le semence abreuve les sillons

      • Dimanche 30 Septembre à 09:51

        Abreuver le sillon n'ajoute pas citoyen à la nation, si l'on s'accorde sur la définition de Bob. Quoique...

    6
    Dimanche 30 Septembre à 20:53

    Il est bien comique, ce dictionnaire. Exemple (au hasard):


    Brimbaier. Pour branler. re-
    muer prendre, fonner.

    De l'autre brimbaloit un* clef
    fort honnête. Reg. Sat. X.

    Signifie auflî dans un fens li-
    bre, avoir à faire avec une
    femme faire le déduit re-
    muer, lui faire fecouer les fef-
    fes d'importance. Ort dit aufli
    à une perfonne qu'on méprife t
    allez-vonsfaire brimbaler pour
    .allez-vous promener &c. On
    s'en fert encore dans un au-
    tre fens pour marquer le
    peu de foin, de chagrin ou
    d'inquiétude que l'on a de quel-
    que choie. Je m'en brimbale les
    feffes. Pour je m'en foucie fort
    peu, je m'en moque, &c.

      • Dimanche 30 Septembre à 23:00

        Ah oui ! Une langue savoureuse. Encore un petit billet demain, puis j'arrête.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :