• 3000-2

    On attendait un bœuf et un âne, on a un paon et un aigle.
    On attendait une jeune mère et son charpentier de mari, on a un couple divin, et quel couple ! Héra et Zeus.
    On attendait de l'empathie, ils parient sur la chute d'Icare.

    Quand on saura d'où vient l'image, on mesurera l'ironie de la situation. Mais il faudra patienter jusqu'au prochain billet.


    6 commentaires
  • Attendez-vous à trouver ça encore plus beau que sur leur blog.

    Expo PJTG


    7 commentaires
  • Quand il ne gardait pas les moutons, voici ce que le berger Sylvain confiait à son Dictionnaire d'amour :

    BELLE. – ( Femme. ) Meuble précieux et rare, qui figure bien dans un salon ; il faut avoir soin de le placer devant une glace.
    Il est nécessaire d'avertir ici qu'il s'en fait beaucoup de contrefaçons.


    – Si c'est une table basse... gare à la malédiction !
    – Plutôt que te gausser, tu ferais mieux de lire Les Crocodiles* : Thomas Mathieu traite en bande dessinée des histoires de  harcèlement et sexisme ordinaire dont sont victimes les femmes dans leur quotidien.
    La mairie de Toulouse** vient de refuser l'exposition des planches du Projet Crocodiles qui devait marquer la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes***.


    Les Crocodiles - Thomas MathieuImages extraites du site Projet Crocodiles.

    * Livre aux éditions du Lombard. Le livre et le site Projet Crocodiles expliquent la démarche de l'auteur : mise en images de témoignages de femmes.
    ** France 3.
    *** Journée du 25 novembre sur le site des Nations unies.

     


    5 commentaires
  • Je lis, dans la Revue aérienne, du 10 mars 1914 :

    « M. Guerre, frappé de l'utilité qu'il y aurait à posséder un engin destructif léger et facilement maniable dans la guerre de l'air, étudia un dispositif qu'on pourrait lancer du bord des aéroplanes contre les dirigeables, les avions, les hangars, les dépôts de ravitaillements, parcs de munitions, etc. et qui en provoquerait l'anéantissement par le feu.
    Après plusieurs essais, M. Guerre établit un modèle qu'il appela flèche incendiaire.»

    Je me demande de quelle utilité aurait été frappé Monsieur Paix.

    Devant les autorités, M. Guerre enflamma avec son engin, deux bottes de paille sous la tour Eiffel. Puis, fort de ce succès, entreprit le lendemain, une démonstration de lancer depuis un avion en vol.

    « L'inventeur ne se proposait point d'effectuer un tir précis ; il tenait seulement à démontrer qu'une de ses flèches armées explose toujours en rencontrant un obstacle. Il n'effectua donc aucune visée mais se contenta de lancer deux de ses flèches.
    La première s'enflamma aussitôt qu'elle toucha le sol, la seconde tomba malheureusement dans une flaque d'eau où elle s'enlisa.»

    On attendra l'anticyclone pour déclarer les hostilités.

    Aéroplane de l'avenir

     Sources : gallica.bnf.fr. L'illustration est tirée d'une image d'Épinal : les Aéroplanes de l'avenir (1912)


    5 commentaires
  • Jusqu'à ce que je tombe sur le tarif (1906) de la manufacture de grès et poteries de Paul Chardon, à Malicorne, nous ne nous étions jamais rencontrés les turlus à confitures et moi.

    Turlus à confitures

    Pas de turlu sur le net, ni dans mes dictionnaires. Enfin si.
    Mais pas de pot.
    J'ai un turlu, téléphone en argot.
    J'ai un turlu, sexe de la femme en général, vagin. Retour au pot qui désigne également la chose.*
    Dans un lexique du parler malicornais*** : un turlot désigne un jouet (dînette), un sifflet et turlutter : jouer du turlot, du mirliton, de la trompette. Voilà un turlutter fort sage.
    Ailleurs, la turlute* est la fellation et turluter*, le verbe d'action sur le turlupin* ou le turlututu.**

    – Les confitures sont cuites ! J'vais pas les laisser dans le chaudron **** !

     

    * Henri Van Hoof, Les Mots de la chose, Pauvert, 2003
    ** Pierre Guiraud, Dictionnaire érotique, Payot & Rivages, 2006.
    *** Aînés ruraux, Lexique du parler malicornais, 1997
    **** Voir pot, voir turlu. On n'est pas prêt d'en sortir !

    Pour la bonne bouche, on pourra retrouver Madame Bolduc – chère à Topa – à qui fut prêtée l'invention de la turlute dans un article très documenté de Monique Jutras.

     

     


    6 commentaires
  • ChiuresChiures en pattes de mouches sur le tablier d'un pont routier ; Le Mans – novembre 2014

    "1400 CDI sans chaise". Voilà comment un directeur financier de France Telecom désignait les fonctionnaires dont le groupe devait se séparer.*
    – C'est chié ! T'as été viré ?
    – Non, j'ai changé de trajectoire.

    Y aurait-il un lien entre cette brutale information chaisière et les chiures d'oiseaux ?



    * La vérité sur… la stratégie de harcèlement qui a miné France Telecom, Challenges, 5.11.14
    Merci à Bernard qui m'a signalé ces 1400 CDI sans chaise.


    4 commentaires
  • Qui aurait pu imaginer, le 11 novembre 1914, qu'il y en aurait encore pour quatre ans ? Pas ces Poilus, cités à l'ordre du jour de l'armée. Actes dérisoires, comportements dérisoires, sur lesquels on a fondé une nation.
    Parues au Journal officiel, les citations suivantes sont reproduites dans le Petit Parisien du 11 novembre 1914.

    Gautard, caporal au 83e d'infanterie (a fait preuve, comme chef de patrouille volontaire et en diverses circonstances, d'un grand courage ; blessé à la cuisse le 27 septembre, a répondu au commandant du régiment qui le félicitait : « Je regrette de n'avoir pu faire mieux.»)

    11.11

     

    Déchelettte, capitaine de territoriale au 298e d'infanterie (a été tué le 5 octobre, alors qu'il entraînait sa compagnie sous un feu violent d'artillerie et d'infanterie, et lui avait fait gagner 300 mètres de terrain avant de mourir, a demandé au lieutenant-colonel commandant le régiment si on avait gardé le terrain conquis et, sur sa réponse affirmative, lui a exprimé sa satisfaction, en ajoutant qu'il était heureux que sa mort servît à la France).

     

    11.11

     

    Truchot, soldat au 27e d'infanterie (étant en patrouille et ayant reçu l'ordre de se retirer et de prévenir que les munitions s'épuisaient, est parti sous un feu très violent, rapporter ses propres cartouches à son chef en lui disant : « Voilà toujours les miennes que j'ai oublié de vous remettre avant de partir.») 

    Benoît, cavalier au 17e dragons (en vedette le 27 septembre et blessé d'une balle, revenait péniblement en arrière à pied, quand il s'aperçut qu'il avait perdu sa lance, est retourné la chercher et, en rejoignant son officier de peloton, lui a dit : « Ils auront peut-être ma peau, mais ils n'auront pas ma carabine ni ma lance.»)

     

    Durand, soldat au 16e d'infanterie (réformé et engagé pour la durée de la guerre, s'est distingué dans les combats du 7 octobre, en s'élançant le premier à l'assaut d'une tranchée allemande ; grièvement blessé, a refusé le secours de ses camarades, en leur disant  : « Laissez-moi, vous serez plus utiles au combat ! » ; est mort le lendemain des suites de sa blessure).

    11.11

     Source : gallica.bnf.fr pour les citations, cartes postales anciennes pour les illustrations.

     


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique