• Ce billet a déjà été publié en mars 2009.

    Héron (photo Michèle)
    Héron – Mexique, février 2009 – photo Michèle


    Une fable. Bilingue.*
    À supposer que vous lisiez tout, vous ne trouverez pas la traduction du mot héron. mais vous ne passerez pas à côté de la morale de la fable.

    « Oiseau, a bird. le bec très long, a very long beak. les jambes très hautes, very hight legs. côtoyoit, was next along. rivière, river. vit, saw. abondance, abundance.  carpes, carps. brochets, pikes. grand mangeur, great eater. poissons, fish. auroit aisement pu, could easily have. attraper, caught. n'avoit pas faim, was not hungry. la raison étoit fort bonne, this was a very good reason. après, after. quelques momens, some moments. appétit, appetite. vint, came. retourne, returns. bord de l'eau, water side. pour trouver, to find. de quoi, something. manger, to eat. n'y étoient plus, were no longer there. c'étoit, it was. grande perte, great loss. tanches, tenches. mets, mess. ne plaisoit pas, did not please. il avoit besoin, he wanted. quelque chose, something. de plus solide, more solid. manger, eat. pour qui me prend-on, whom do they take me for. trouve, finds. goujons, gudgeons. a-t-on jamais vu, did ever any body see. frétin, small fish. quoi, what. ouvrirai-je, shall I open. moins, less. faim, hungry. surprit, overtook. extrême besoin, extreme want. ne trouvant rien autre chose, not finding any thing else. très aise, very glad. rencontrer, meet with. limaçon, snail.
    Ne soyons pas, let us not be. si difficiles, so hard to please. ne dédaignons rien, let us not disdain any thing. souvent, often. voulant, being willing. gagner trop, gain too much. on court risque, we run the risk. perdre, to lose.»

    * M. Perrin, Fables amusantes avec une table générale et particulière des mots et de leur signification en anglois selon l'ordre des fables pour en rendre la traduction plus facile à l'écolier, Philadelphie, 1804


    4 commentaires
  • Billet déjà publié en juin 2009

    Vélo noyé
    Belle-Île-en-mer, mai 2009 – Photo : Michèle


    Mon épouse et moi faisions quelques menues courses dans une grande surface – de vente – quand soudain...
    – Vous fûtes frappés par le pittoresque ?
    – Nenni... quand soudain, au détour d'un rayon*, nous vîmes, repassant, une dame avenante :
    – Voulez-vous, à mon épouse s'adressant, essayer ma centrale vapeur ?
    – Ah, rit-elle mon épouse, chez nous, c'est l'homme qui repasse**.

    Réplique qui cloue***  !


    * de bicyclette ! (Note du webmestre : je n'imaginais pas qu'il oserait.)
    ** et se surpasse (Note du webmestre : décidément !)
    ***
    Note du webmestre : On l'a échappé belle !


    7 commentaires
  • Billet paru en novembre 2008.

    Claude [...] me transmet ce chef-d'œuvre de la prose patronale.
    – On n'écrirait plus ça de nos jours !
    – Ah oui ?

    RÈGLEMENT INTÉRIEUR
    FIXANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES EMPLOYÉS DE BUREAU

    1. Piété, propreté et ponctualité font la force d'une bonne affaire.
    2. Notre firme ayant considérablement réduit les horaires de travail, les employés de bureau n'auront plus à être présents que de 7 h du matin à 6 h du soir et ce, les jours de semaine seulement.
    3. Des prières seront dites chaque matin dans le grand bureau. Les employés de bureau y seront obligatoirement présents.
    4. L'habillement doit être du type le plus sobre. Les employés de bureau ne se laisseront pas aller aux fantaisies des vêtements de couleurs vives. Ils ne porteront pas de bas non plus à moins que ceux-ci ne soient convenablement raccommodés.
    5. Dans les bureaux, on ne portera ni manteau ni pardessus. Toutefois, lorsque le temps sera particulièrement rigoureux, les écharpes, cache-nez et calottes seront autorisés.
    6. Notre firme met un poêle à la disposition des employés de bureau. Le charbon et le bois devront être enfermés dans le coffre destiné à cet effet. Afin qu'il puisse se chauffer, il est recommandé à chacun des membres du personnel d'apporter chaque jour quatre livres de charbon pendant la saison froide.
    7. Aucun employé ne sera autorisé à quitter le bureau sans la permission de Monsieur le Directeur. Les appels de la nature seront cependant permis. Aussi, pour y céder, les membres du personnel pourront utiliser le jardin au-dessous de la seconde grille. Bien entendu, cet espace devra être tenu dans un ordre parfait.
    8. Il est strictement interdit de parler durant les heures de bureau.
    9. La soif de tabac, de vin ou d'alcool est une faiblesse humaine et, comme telle, est interdite à tous les membres du personnel.
    10. Maintenant que les heures de bureau ont été énergiquement réduites, la prise de nourriture est encore autorisée entre 11 h 30 et midi mais, en aucun cas, le travail ne devra cesser durant ce temps.
    11. Les employés de bureau fourniront leurs propres plumes. Un taille-plumes est disponible, sur demande, chez Monsieur le Directeur.
    12. Un senior, désigné par Monsieur le Directeur, sera responsable du nettoyage et de la propreté de la grande salle ainsi que du bureau directorial. Les juniors et les jeunes se présenteront chez Monsieur le Directeur quarante minutes avant les prières et resteront après l'heure de fermeture pour procéder au nettoyage. Brosses, balais, serpillières et savon seront fournis par la direction.
    13. Augmentés dernièrement, les nouveaux salaires sont les suivants : cadets (jusqu'à onze ans) : 0,50 F ; juniors (jusqu'à quatorze ans) : 1,45 F ; employés : 7,50 F ; seniors (après quinze ans de maison) : 14,50 F.

    Les propriétaires reconnaissent et acceptent la générosité des nouvelles lois du travail, mais attendent du personnel un accroissement considérable du rendement en compensation de ces conditions presque utopiques.

    Chaumont, le 15 juin 1850


    Ce règlement figure dans Toinou, le cri d'un enfant auvergnat, d'Antoine Sylvère, édition France-Loisirs, 1980. Première édition : Plon, coll. Terre humaine, 1993. En poche : Pocket, 2005.
    Autres perles remarquables dans les manuels de civilité ainsi que dans les livres de morale pour instits. Dans Feu les écoles normales (et les IUFM ?), sous la responsabilité de Hugues Lethierry, éditions l'Harmattan, 1994, on peut lire l'article de Claude Guihaumé : De la normalisation (Les manuels de morale).


    5 commentaires
  •  

    Langue

     

    Tendresse ou soumission. Allez savoir.
    Elles adorent qu'on leur gratte la niche à poussière de la nuque. L'échine aussi. Partout.*

     

    * Michel Ots, Plaire aux vaches, Atelier du Gué, 1994

    Billet paru en mai 2007. Photo de Michèle

     


    12 commentaires
  • Billet paru en 2008.

    Petits bonheurs quotidiens, les commentaires sont un divertissement rare. Et bien que certaines subtilités m'échappent parfois, je m'efforce d'y répondre dans le même esprit. Quelques lecteurs assidus restent résolument muets. D'autres choisissent le canal du courriel ; cette communication privée reste, par définition, privée. C'est le cas du poème qui suit, qui m'a touché.* J'ai néanmoins souhaité partager cette émotion. Avec l'accord de son auteure.

    Ses seins
    Je me laisse aller à vous dire...
    à vous
    peinture bleue si jolie
    et à vous
    mots de poète
    qui courez en dessous :

    Ce que je voudrais avoir
    encore
    la rondeur de mes deux terres.
    Celles
    d'avant le scalpel.

    Mo




     

    * Il venait en écho à un court poème que j'avais déposé sous l'image de Ses seins.

    Ses seins. Paysage aussi. Océan de ses seins.
    On y lit même d'où la Terre tient sa rondeur.

    Ses seins, 1978 ?, encre d'imprimerie sur papier, 28,8 x 38,8 cm


    14 commentaires
  • Nu

    De la continuité dans l'usage du blanc
    La toile a été réalisée en 1996 – Vingt ans que ça dure !
    Billet publié en septembre 2007.

    Juste après la rencontre des œuvres de Eugène Leroy à Rennes et au domaine de Kerguéhennec.

    – La riche palette de Leroy ne t'a pas influencé. C'est visible.
    – La couleur non, la vibration si...
    – Cinq minutes que je m'abîme les yeux sur l'image : je commence à apercevoir le sujet...
    – On appelle ça une révélation.



    Nu, 1996, acrylique et poussières sur bois, 100 x 50 cm
    Collection privée.

     


    12 commentaires
  • De la continuité dans l'usage du blanc
    La toile a été réalisée en 1998.
    Billet publié en septembre 2007.

    NuDes enfants ont vu là un visage : deux yeux, un nez, une bouche...
    Avec un peu de discernement, vous y verrez deux tétons, un nombril, une bouche...
    La jeune femme est dans son bain.

    - Bonnard a fait ça avant toi...
    - Oui, mais lui en couleurs !



    Nu, 1998, acrylique & papiers collés sur toile, 46 x 37 cm


    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique