• Bout du tunnelBarcelone

    Demain, journée de la femme.
    Année – bissextile – de la pomme de terre.
    Je ne déduis rien. J'épluche.


    La tragique disparition de Totor m'a contraint à différer la publication prévue hier. D'où le demain pour aujourd'hui. Vous suivez ?
    De tout le pays, les messages de sympathie affluent concernant Totor. Je vous tiendrai au courant.

    12 commentaires
  • Carton rouge
    Grâce à quelques négligents qui abandonnaient les cartons d'emballage dans les caniveaux, on a pu comprendre qu'en ce temps-là, les hommes se nourrissaient de galettes garnies de tomates, d'aromates et d'ingrédients variés (oignons, fromage, olives, anchois, champignons, jambon, etc.) cuites au four.

    NDLR : définition empruntée au Trésor de la langue française informatisé (http://atilf.atilf.fr/).
     

    10 commentaires
  • Vitrine à Évron Cette tulipe que voilà s'attendait bien à être rouge ; mais on l'a mariée ; elle est tout étonnée d'être bleue...*


    * Alfred de Musset, Fantasio, acte II, scène I

    5 commentaires
  • PigeonsDécor mural de A. Poirier & F. Masset, Évron (53) – détail *

    Si on n'a rien de mieux à faire, on lit dans le Dictionnaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial,** de Philibert Joseph le Roux :
    Qui veut tenir nette sa maison, n'y mette femme, prêtre ni pigeon.

    * Le décor représente une vitrine, des passants et une voiture automobile début de siècle, dans une subtile palette de couleurs.
    ** tome second, H-Z, Pampelune, MDCCLXXXVI


    16 commentaires
  • Mules On n'a jamais été aussi proche du printemps.*
    Comme dit François Bernier, dans son Abrégé de la philosophie de M. Gassendi,**  il demeure mesme dans les choses meslées, comme dans une mule, ou dans une plante qu'on a entée, quelque chose de l'un et de l'autre sexe.
    Les cyclamens ne me contrediront pas.


    * Épineu-le-Chevreuil, février 2008
    ** Paris, 1684


    8 commentaires
  • PigeonPigeon, janvier 2008 – photo Maïette

    Pigeon mort, la nuit l'hiver couvre de givre.
    Qu'un soleil matinal fond en perles.

    Acheté, en brocante, un curieux livre noir – de couverture – collection La Planète confuse, aux éditions de la Différence : Pigeons, de Jacques Bertoin, illustré de 19 collages de Erro. Collage aussi de poèmes, listes, inventaires, fragments d'interviews, rêves... Accueille Buffon, Breton, la gazette du colombophile. Et s'ouvre sur l'épilogue :
    « Morts-nés : les Pigeons qui me suivent en ordre dispersé,
    foules insignifiantes que j'habite.»




    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique