• L'automne a trucidé l'été*. Fini de rigoler.
    Une poésie pour se remonter le moral ?
    Choisie dans le Recueil gradué de poésies morales et religieuses à l'usage des écoles primaires**.
    La belle idée ! Ça ne peut pas faire de mal, comme on l'entend dans le petit poste.

    Chute des feuilles


    À ce moment du récit, on aimerait avoir une idée de la durée de l'agonie, savoir combien un arbre a de feuilles.
    Recours à l'Internet. Avec un seul arbre – hauteur 12 m, diamètre 15-20 cm –, on peut fabriquer 8 à 15000 feuilles A4***.
    Feuilles qui, à la toute fin, quand l'auteur aura signé la chute de sa poésie, serviront de faire-part.

    Chute des feuilles

     

    * Guillaume Apollinaire, de mémoire.
    ** Ch. Heintz et J.-J. Roth, Paris, 1878. Source : gallica.bnf.fr
    *** Roman Kanala, RTS découverte.


    1 commentaire
  • Yves Barré
    Neuvillette-en-Charnie (72) – 2018

     

    Un lapin s'est caché dans le paysage.
    Sauras-tu le découvrir ?

     

     

     

     

     


    10 commentaires
  • Yves Barré

    À propos des illustrations du recueil Oiseaux de Paul Badin, aux éditions Vincent Rougier.

    Pour faire le portrait d'un oiseau
    peindre d'abord le paysage
    mieux encore l'emprunter aux gravures
    de l'Histoire naturelle de Buffon
    puis découper
    dans la tapisserie du salon
    quelque chose de joli
    quelque chose de simple
    quelque chose de beau
    pour le plumage de l'oiseau
    et se retirer
    sur la pointe des pieds
    pour ne pas éveiller
    les soupçons de filoutage.

    On a bien compris que cette description du procédé de fabrication des images est inspirée de Jacques Prévert.

    La réalisation fait appel aux ressources d'un logiciel de traitement ad hoc. Pour l'image qui agrémente le tirage de tête, c'est une paire de ciseaux tenue par mes doigts habiles qui a fait le découpage.

    À mon regret, je n'ai pas su trouver le nom du graveur – il semble qu'il y en ait plusieurs – dans l'édition des Œuvres complètes de Buffon* en ma possession.

     

    * Duménil éditeur, Paris, 1835-36 pour les volumes consacrés aux oiseaux.


    8 commentaires
  • Yves BarréTout frais cousu à l'atelier de Vincent Rougier, le petit dernier de la collection Ficelle : Oiseaux, de Paul Badin, illustré de mes images.

    Voici ce qu'écrit l'éditeur dans son communiqué de presse :

    « Oui les oiseaux m’interpellent, plus rapides à saisir la proie, plus causeurs matinaux, plus familiers, plus et plus tu meurs !
    Paul Badin, grand poète, initiateur, observateur, nous en offre quelques notes écrites en prose poétique.
    Yves Barré l’illustre, à la façon de Jacques Prévert, de ses oiseaux découpés dans du papier tapisserie collés sur des gravures de l’Histoire naturelle de Buffon.
    Un régal d’esprit champêtre

     

    Livret broché couture plate, 300 ex. et 12 ex. en coffrets tirages de tête agrémentés d’un collage original.
    Présenté en enveloppe «Mail Art»
    40 p., 10,5 x 15 cm.
    Tirage courant : 9€
    ISBN 979-10-93019-48-2


    11 commentaires
  • Yves Barré

     

    363 149, août 2018, fusain sur carton d'emballage, 100 x 70 cm

     

     

    Croquis au fusain sur un carton d'emballage qui portait ces inscriptions chiffrées.

    Lors de la préparation du colis, quelqu'un, dans l'entrepôt, a-t-il dit Je biffe 363 et  j'écris 149, avant d'ajouter Ainsi, ce sera plus juste ? On ne le saura jamais.

     


    10 commentaires
  • Yves Barré

     

    À A.G.*

    En 1984, l'INSEE nous apprenait qu'en France, 1000 agriculteurs achetaient 1459 slips par an quand autant de cadres en achetaient 3695. **
    On ne connaît pas dans ces chiffres, la part des slips kangourous.

     

    * Merci à ce fidèle lecteur de s'être penché pour ramasser sur le sol cette liste de courses, au risque d'attraper un lumbago. Les initiales de ses nom et prénom ont été interverties pour préserver son anonymat.
    ** Nicolas Herpin, Liliane Kasparian, L'Habillement : dépenses et points de vente en 1984, INSEE (gallica.bnf.fr)

     


    8 commentaires
  • Yves BarréPour trois poèmes de Chantal Couliou, 2018, acrylique sur toile, chacune 30 x 30 cm

    Deux toiles peintes pour accueillir trois poèmes de Chantal Couliou. On peut voir comment les espaces réservés aux textes ont présidé, en même temps qu'une unité de décor, à la construction des toiles.

    Yves Barré

     Cartes-poèmes aux éditions Donner à Voir.


    11 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires