• Festival des jardins de Chaumont-sur-Loire 2010

    Festival des jardins de Chaumont-sur-Loire 2010

     

    « Les théurgites, les anciens sages, avaient tous une verge avec laquelle ils opéraient.
    Mercure passe pour le premier dont la verge ait fait des prodiges. On tient que Zoroastre avait une grande verge. La verge de l'antique Bacchus était son thyrse, avec lequel il sépara les eaux de l'Oronte, de l'Hydaspe et de la mer Rouge. La verge d'Hercule était son bâton, sa massue. Pythagore fut toujours représenté avec sa verge. On dit qu'elle était d'or ; il n'est pas étonnant qu'ayant une cuisse d'or, il eût une verge du même métal.
    Abaris, prêtre d'Apollon hyperboréen, qu'on prétend avoir été contemporain de Pythagore, fut bien plus fameux par sa verge ; elle n'était que de bois ; mais il traversait les airs à califourchon sur elle. Porphyre et Jamblique affirment que ces deux grands théurgites, Abaris et Pythagore, se montrèrent amicalement leur verge.»*

     

    – Ben, mon gars, si tu t'imagines qu'avec des écrits comme ça, tu vas entrer au Panthéon...

    – M'en fous, j'y suis déjà.

     

     

    * Voltaire, Dictionnaire philosophique.


    théurgite : magicien qui fait appel aux divinités célestes.

    thyrse : bâton terminé par une pomme de pin ou des feuilles de vigne.


    18 commentaires
  • Pluie Il a plu averse.
    Au retour du sec, un coucou chanta.

                Le Coquu

    Du laid coquu la nature est meschante,
    Aussi est-il de tous oyseaux hay ;
    Quand le soleil entre en sa force, il chante,
    Et lors par luy maint oyseau est trahy ;
    Car pour autant qu'il est froid de naissance,
    Avoir ne peut de couver la puissance :
    Que fait-il donc ? pour briefvement respondre,
    Au nid d'autruy subtilement va pondre,
    Alors qu'il sent que l'oyseau n'y est point.
    O amoureux, respondez sur ce point,
    Sera en vous ceste chose louable,
    Puis qu'au coquu elle est vituperable.


                Guillaume Gueroult
                Blason des oyseaux, 1550

    18 commentaires
  • Biscuits Claude Vercey nous défie de trouver bouvier en poésie. En voici un, chez Eugène Manuel, poète et patriote français*. Dont on peut se demander si son œuvre relève du lard ou du cochon. Le doute est bref : bon soldat en deçà, mauvais au delà. Extrait de Henri REGNAULT (janvier 1871) :

    Maudis sois-tu, soldat, toi, ton peuple, et la guerre,
        Et ton vieux roi tout le premier,
    Puisqu'il n'aura fallu qu'un paysan vulgaire,
        Fils de l'étable et du fumier,
    Quelque bouvier pétri pour les œuvres serviles,
        Marchant sous la crosse et les coups,
    Un balayeur peut-être échappé de nos villes,
        Encor puant de nos égouts,
    Pour trouer au hasard, bêtement, cette face,
        Comme par un défi moqueur ;
    Pour trancher dans sa sève abondante et vivace
        Tout ce génie et tout ce cœur ;
    Étouffer à son aube une lueur si pure,
        Éteindre un tel rayonnement,
    Que la France mourante en ressent la blessure
        Jusque dans cet écroulement !

    En dessert, un chromo de la biscuiterie Guillout. D'un temps où on savait parler aux enfants. La légende :
    – Paraîtrait que ces obus à la mélanine, ça ne fait que des blessures coupantes.
    – Pas besoin d'amputation après, pour lorss !

    * Eugène MANUEL (1823-1901) – Poésies complètes, Paris, 1899. Source : gallica.bnf

    16 commentaires
  • Les journaux (mardi 8 décembre) :
    La Baule. Une femme aspergée d’essence et enflammée par son mari.

    L'allumette est-elle déjà dans l'air Zon ! ma Lisette, zon ! ma Lison de Béranger ?
     




    Le soir des noces

    Air : Zon ! ma Lisette, zon ! ma Lison.

    L’hymen prend cette nuit
    Deux amants dans sa nasse.
    Qu’au seuil de leur réduit
    Un doux concert se place.
         Zon ! flûte et basse !
         Zon ! violon!
         Zon ! flûte et basse !
         Et violon, zon ! zon !

    Par ce trou fait exprès
    Voyons ce qui se passe.
    L’épouse a mille attraits,
    L’époux est plein d’audace.
         Zon ! flûte et basse !
         Zon ! violon!
         Zon ! flûte et basse !
         Et violon, zon ! zon !

    L’épouse veut encor
    Fuir l’époux qui l’embrasse ;
    Mais sur plus d’un trésor
    Le fripon fait main basse.
         Zon ! flûte et basse !
         Zon ! violon!
         Zon ! flûte et basse !
         Et violon, zon ! zon !

    Elle tremble et pâlit
    Tandis qu’il la délace.
    Il va briser le lit ;
    Il va rompre la glace.
         Zon ! flûte et basse !
         Zon ! violon!
         Zon ! flûte et basse !
         Et violon, zon ! zon !

    Mais, pris au trébuchet,
    L’époux, quelle disgrâce !
    De l’oiseau qu’il cherchait
    N’a trouvé que la place.
         Zon ! flûte et basse !
         Zon ! violon!
         Zon ! flûte et basse !
         Et violon, zon ! zon !

    La belle, en sanglotant,
    Se confesse à voix basse.
    D’un divorce éclatant
    Tout haut il la menace.
         Zon ! flûte et basse !
         Zon ! violon!
         Zon ! flûte et basse !
         Et violon, zon ! zon !
     
    Monsieur jure après nous ;
    Mais qu’à tout il se fasse.
    Du livre des époux
    Il n’est qu’à la préface.
         Zon ! flûte et basse !
         Zon ! violon!
         Zon ! flûte et basse !
         Et violon, zon ! zon !


    Pierre-Jean de Béranger 

    13 commentaires
  • Après Jean-Claude Touzeil dans son billet d'hier sur biloba, autre amicale pensée pour Jean Féron. Jean a été un des premiers à diffuser sa poésie sur internet (Au pied de la lettre) ; il lui arrivait de me confier un de ses écrits pour Tiens en voilà justement un qui passe (site aujourd'hui disparu de la toile). Voici Neige* qui devait paraître dans le recueil Au fond de l'amusette :

    Neige Neige

    Au fond des nues
    pauvre angelot
    au gel sans linge
    tu bats de l'aile

    À toute allure
    on skie on luge
    et toi tu pèles
    tes engelures.

    Jean Féron


    * L'illustration exploitait le motif d'un tableau ancien dont je n'ai pas conservé les références.

    10 commentaires
  • aux poètes qui s'égarent en ces lieux,
    aux compagnes ou compagnons qui les supportent
     
    Ombre C'est un mois environ après notre arrivée que la chambrée s'enrichit de son plus bel ornement : Jeuland Joseph, dit « le bleu bitte », soldat de première classe et ordonnance du lieutenant Decugis.
    [...]
    Il n'avait pas de préoccupations intellectuelles. Un jour il vint au pied de mon lit et me demanda à brûle-pourpoint :
    — Paraît que t'es poète, toué ? C'est y vrai ?
    — On le dit, lui répliquai-je modestement.
    — Ah ben bon Gueu le ieutenant a dit comme ça qu'il croyait pas en avoir yun dans sa compagnie ! (comme
    on parle d'un pied-bot ou d'un bec-de-lièvre).
    D'autres fois, lorsqu'il voulait m'injurier, il faisait des déclinaisons en partant de ce qualificatif, mystérieux pour lui :
    « Po-ète ! », « Peau d'fesse ! » « Peau d'con», et cœtera.


    Maurice Fombeure *



    * Soldat, in Les Primaires, revue mensuelle de culture populaire, de littérature et d'art, 1934 (source : gallica.bnf)

    Le titre de l'article fait référence aux Gaîtés de l'escadron, pièce de Courteline dont Maurice Tourneur a tiré un film. Édouard Francomme y jouait le rôle d'un soldat de corvée de pluches.

    14 commentaires

  • Maison 311, 2009, encre de Chine sur carton, 28 x 36 cm


    On peut lire, à la page 311 des Œuvres poétiques de Jean Sénac*, le poème suivant :

    Belle
    tu es morte.
    J'apporte mes mots
    comme du sable
    au creux des doigts.
    J'élève sur ton corps
    une maison de sable
    un poème.
    Je me couche sur ton cœur
    Belle
    les yeux dans le soleil
    que tu aimais.


    * Jean Sénac, Œuvres poétiques, Actes sud, 1999

    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique