• Chassillé Chassillé (72) – août 08

    « La Paroiffe eft arrofée au Nord, à l'Eft & au Sud par la rivière de Vègre, qui nourrit d'excellent poiffon. Le Bourg est fitué dans une prefqu'île formée par la même rivière. Le fol produit du froment de l'orge & de l'avoine. La Seigneurie de Paroiffe, appartient à M. le Bourdais de Chaffillé, Moufquetaire de la Garde du Roi.» peut-on lire dans le Dictionnaire topographique, historique, généalogique et bibliographique de la province et du diocèse du Maine, par M. le Paige, chanoine de la cathédrale, tome premier, au Mans, chez Toutain, libraire, au Petit Pont-Neuf, MDCCLXXVII.
    – Ah oui ? direz-vous.
    – Et alors ? (les plus indiscrets).
    – Et alors !... Tout.


    8 commentaires
  • Études pour l'affiche
    Et pourtant, il roule.

    Si vous avez manqué le début :
    L'affiche du Biclou 1
    L'affiche du Biclou 2

    6 commentaires
  • La demoiselle doit être contorsionniste... quand elle peut.

    Demoiselles - photo J. (l'a.) B.
    Las de lire sur un site proche de Loué qu'il ait été question de libellule et de demoiselle dans un désordre inacceptable, Jean (l'astuce) Bertrand a réouvert son laboratoire d'expérience naturaliste...
    En la matière, vous assistez, ébahi voire ébahie, à ce qui se nomme "construction du cœur copulateur" chez la demoiselle...
    En fait, cet acte demande un long apprentissage de la contorsion abdominale...
    Pour ce faire, il faut, comme en Mongolie chinoise, un bon entraîneur.
    Des heures durant, nous assouplissons l'abdomen de la femelle "demoiselle" afin qu'elle joigne son organe copulateur, situé en bout d'abdomen, à celui du mâle qui l'a habilement caché à la base de son protothorax..
    Conseil : évitez de pratiquer l'exercice de nuit, la libellule n'est pas nyctalope.
    Pour ce qui est de cette photo, je dois avouer que les jeunes femelles que j'avais élevées récemment se sont barrées le soir de la fête de la musique...
    Aussi ai-je dû convoquer une vieille comparse qui souffre d'un lumbago et de deux hernies discales..
    Qu'elle soit là remerciée pour cette participation non concluante à notre démonstration naturaliste du jour...
    C'est dans ces situations d'urgence qu'on mesure la qualité morale de nos élèves...
    Par respect pour d'autres services rendus, j'ai détruit la suite des photos prises, c'était pitoyable... voire navrant.
    Néanmoins, je tiens à écrire que, contrairement à d'autres pratiques, j'ai refusé d'utiliser l'introduction d'un fil de cuivre... sur lequel le mâle tire.
      
    Jean (l'astuce) Bertrand, membre de la société du Kâmasûtra des libellules


    8 commentaires
  • Plume et plantain Bord de chemin.
    Plume de buse retenue par un couple de fleurs de plantain.
    Tableau rencontré juste après avoir pensé le poème suivant.
    Bord de chemin.

    Poème (un peu faux)

    J'y suis glabre
    j'y pas être barbu.



    – Un poème ? Ça ?
    – Oui, on ne le dirait pas !

    4 commentaires
  • Poignet droit Vous me demandez des nouvelles de ma santé. Ça ne va pas très fort. Je me remets doucement de l'attaque subite d'un animal de compagnie. De mauvaise compagnie.

    À propos d'un cocard qui souligne l'œil de Félicie, le commissaire Maigret :
    – Ce n'est pas du maquillage au moins ? *

    * On ose espérer que si justement, c'en est, du maquillage.
    La Maison de Félicie, d'après Simenon, téléfilm réalisé par Christian de Chalonge, avec Bruno Crémer et Jeanne Herry.


    6 commentaires
  • Quarté
    – Un ready made à l'imitation du marchand du sel * ?
    – Nenni. Je nomme l'innommable. J'introduis une infime rupture dans la perception du rebut. Sa dimension poétique.

    Appel à Georges Jean,** pour aider à préciser l'intention :
    La poésie est ce qui parle quand tout est muet.
    ou encore :
    La poésie est un filtre qui ne retient que l'invisible.



    Quarté (titre provisoire), 2008, 4 pièces bois mobiles.


    * Marcel Duchamp pour Robert Desnos.
    ** Georges JEAN, Autrement dit, Librairie-galerie Racine, 2007


    6 commentaires
  • Corps et paysages. Affiche JP Cavanna





    Enfin l'été et ses fulgurances lumineuses.
    C'est ainsi que Jean-Pierre Cavanna annonce sa prochaine exposition. Il s'agit bien de fulgurances lumineuses ; cette audace dans sa palette me fascine.

    L'exposition se tient à l'office de tourisme intercommunal du Perche Gouet, chapelle St-Marc, rue de la Chevalerie, 28160 Brou.
    Du 3 au 26 juillet 2008, du mardi au samedi de 10 h à 12 h et de 15 h à 18 h.


    Jean-Pierre Cavanna m'avait fait l'amitié de commenter les premières sculptures présentées sur ce blog. On retrouvera
    ici ses textes à l'humour ravageur.

    6 commentaires