• Armand Goupil, Rivalité, 3 mai 1959

    L'œuvre en son entier n'explique pas davantage le titre donné par Armand Goupil.
    Dans l'attente d'un début d'explication – et parce que parler pour ne rien dire n'est pas plus méprisable qu'écailler des poissons-chats –, méditons sur le pertinent équipement du couteau suisse Victorinox qui, sur son modèle à destination des passionnés de chevaux, réunit un cure-dents et un cure-pieds – qu'on prendra garde de confondre.


    10 commentaires
  • Armand Goupil, Rivalité (détail)

    Devant une mer calme, une jeune femme assise sur ses talons, accoudée à un rocher anthropomorphe. Regarde fixement cet étrange alignement d'objets posés devant elle. Semblent sortis d'une poche.
    Quels objets pour justifier le titre : Rivalité ?

    10 commentaires

  • Vue dans le Petit Parisien du 11 mai 1931 (dernière édition de Paris, page 3), cette réclame savoureuse.*
    – Tu dis ça parce que tu n'occupes pas la place du mort.

    * Et rigoureusement authentique ! Ne surestimez pas mes talents de faussaire.

    6 commentaires
  • Image Poulain
    Oubliée dans un livre ancien par un enfant studieux – mais distrait – une image Poulain : le Maréchal-ferrant et le Forgeron... « Levé tôt et couché tard, il rythmait la vie quotidienne des campagnes de son marteau sur l'enclume.»

    6 commentaires
  • Poème de Marine

    Petits bonheurs d'écriture. Un cadeau de Marine, même pas sept ans.

    8 commentaires

  • Armand Goupil* s'est-il inspiré de la légende de Lady Godiva ? Lady Godiva, s... qui traversa la ville, nue sur un cheval blanc, afin que son mari cessât de prélever l'impôt.
    Salope ? Tu y vas fort. Tu ne goûtes pas qu'elle fût nue ?
    – Pas ça. Je trouve l'image plutôt jolie. Quoique que sa longue chevelure cachât l'essentiel... Mais au préalable, elle avait fait vider la ville par ses gens d'armes, puis, son exploit accompli, décapiter un naïf qui avait, malgré la défense, risqué un œil.


    Armand Goupil
    Sans titre (Cavalière sur un poney gris), 26.08.57, huile sur dos d'enveloppe en Kraft ayant servi à l'envoi de la Vie parisienne,  32,8 x
    25,8 cm. L'œuvre est marquée d'un pli et souffre d'une déchirure.

    * Le cercle des admirateurs de l'œuvre de Armand Goupil s'élargit. Deux passionné-e-s :  Ambiphoque et le Poignard subtil.


    2 commentaires
  • Gravure A. Paré Lorsqu'Ambroise Paré, le cercle des patients s'agrandit.

    « Deux hommes plus grands que le malade (si besoin est, ils se hausseront en mettant quelque chose sous leurs pieds) tiendront le bâton sur leurs épaules.»*

    Demain, la manière de réduire l'épaule avec une échelle.


    * Texte et reproduction d'une gravure sur bois du livre 16 des Œuvres d'Ambroise Paré, tome II, Union latine d'éditions, Paris, 1976



    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique