• Rôti-cochon Post pira sume potum.

    Après la poire, il faut boire.


    Une des belles pages de Roti-cochon. Méthode tres-facile pour bien apprendre les Enfans a Lire en latin & en françois.* 

     

    En bas de page, on peut préférer les pommes... on ne saura pas si la sentence est du lard ou cochon.

     

     

    * Déniché chez ma libraire préférée qui tient toujours boutique provisoire dans l'attente de l'ouverture de sa librairie, un petit livre des éditions Ides et Calendes, Neuchâtel, 2000. On trouve également ce Rôti-cochon sur le site de la BNF


    18 commentaires
  • Vaches au pré

    Pré, St-Symphorien – 09.13

     

    On voit la vache sur le pré, pas la verte sauterelle.

    Sait-on qu'à poids égal, la sauterelle contient trois fois plus de protéines que le bœuf ? A-t-on déjà entendu sauterelle menacer de ses pets la couche d'ozone ? Quand est-ce qu'on mange ?

     

    « La première fois que j'ai mangé une sauterelle c'est elle qui a commencé par me mordre, mais finalement c'est moi qui ai eu le dessus » écrit S. Much, dans Insectes comestibles*. Un livre joliment illustré et mis en page, qui rappelle l'histoire de l'entomophagie, explique les raisons de manger des insectes, passe en revue une trentaine d'ingrédients à six pattes. Un carnet de recettes complète l'ensemble. C'est propre à pousser les préjugés sur les bords de l'assiette.

     

     

    * S. Much, Insectes comestibles, Plume de carotte, 2012.


    17 commentaires
  • À la demande générale, André Blanchard

    Vide-greniers de St-Symphorien – septembre 2013

     

     

    À la demande générale, André Blanchard André Blanchard tient des carnets.

    Il y note ses impressions de lecteur. Le livre, l'écrivain sont la matière de la plupart des billets. À la demande générale ouvre sur ces lignes :

    « C'est le nouveau logo de la hiérarchie, on ne peut plus dans l'air du temps, qu'on voit dans les brocantes et autres vide-greniers : sur les étals, bibelots et camelote ; par terre, en vrac comme si on avait vidé la poubelle, les livres.

    Devoir se mettre à genoux afin de fouiller parmi ces déchus revient à schématiser l'envie qui nous prend : demander pardon.

    Et en acheter, c'est l'être, pardonné.»*

     

    La photo est une mise en scène. Légère. J'ai simplement sorti le livre de ma musette pour le poser sur le premier étal du vide-greniers. Par un hasard qu'on rencontre peu, les déchus consignés dans cette valise ont un rapport étroit avec les carnets d'André Blanchard : Balzac – il faudra relire la Cousine Bette pour une « tonitruante tirade sur la finance » – ; Baudelaire dont « le poème déclenche une telle aura qu'il en devient d'essence divine » ; le Nouveau missel des dimanches pour « l'impression d'être à confesse, mais façon dominant : côté curé ». C'est une chronique du Canard enchaîné qui m'a permis de découvrir André Blanchard, voici quelques années – j'ai depuis dévoré tous ses carnets.

    Quant aux enjoliveurs, c'est pour enjoliver !

     

     

     

    * André Blanchard, À la demande générale, Le Dilettante, 14 mars 2013, 1515 exemplaires – L'auteur se soucie peu d'élargir son lectorat .


    16 commentaires
  • Mais à quoi pense Maurice Leblanc quand il écrit :

    « Cela ressemble à tout : à des œufs de poule, à des tartes, à des pyramides, à des sacs, à des bananes, à n'importe quoi.»

     

    Certes, il n'y a rien palper... Un indice néanmoins :

     

    Devinette    Devinette

     

     

    Source images : Joconde & gallica.bnf.fr

     

    Private message

    Welcome to Lylou and congratulations to her great-grandparents. La Reine d'Angleterre peut aller se recoiffer.


    14 commentaires
  • Les Perles de Vénus

    tout comme Niquée voyant son amant
    Madame de Sévigné

     

     

    Alexis Large a réuni dans les Perles de Vénus* des lettres de femmes, aux amours difficiles, qui cherchent conseil auprès de journalistes, députés, prêtres... Lettres tellement invraisemblables qu'on les pense authentiques. Ou le contraire.

    Il se trouve que je les lis et, pire, en partage la lecture.

    – Tu n'as rien de mieux à lire ? me demande Isabelle Alonso**.

    – Ben...

     

    « Il y a des femmes que leur mari trompe avec d’autres plus belles qu’elles, on ne peut que les excuser quand on en voit qui, comme le mien, font positivement l’amour, soit avec leur bagnole, soit avec leur Télé. Alors qu’est-ce qu’il me reste à moi qui n’ai aucune envie de caresser le tuyau de mon aspirateur ? Aussi, quand un commerçant me dit des blagues, au lieu de le prendre au tragique comme avant la voiture et la Télé, je souris et je sais bien ce qui va arriver : C’est comme dans les engrenages quand on y a mis le doigt, et pour être franche, je me le laisse de plus en plus mettre.


    Mme J..., Claudia,
    boulevard des Sablons, Neuilly.»

     

    * Les Perles de Vénus, recueillies par Alexis Large, présentées par Albert Aycard, Denoël, 1963.

    ** Fondatrice avec Florence Montreynaud des Chiennes de garde.


    13 commentaires
  • à Léonie, qui vient de s'offir l'un des trois derniers exemplaires de "S'occupe des filles"

     

    Adam & Ève

    Le Péché originel (détail) – Catéchisme en images, Paris, 1908

     

     

    Tirée de mon dictionnaire*, cette définition de n'importe quoi** :

     

    n'importe quoi.  s.m. au fig. Un des mille et un pseudonymes de messire le con et de monseigneur le vit.


    " Du paradis, lorsque le premier homme
    Se fit chasser, qui causait son émoi ?
    La bible veut que ce soit une pomme,
    Et moi je dis : c'est un... n'importe quoi."

    G. Chevalier

     

     

    * Le Petit Citateur – Notes érotiques et pornographiques. Recueil de mots et d'expressions anciens sur les choses de l'amour, etc. pour servir de complément au Dictionnaire érotique du professeur de langue verte, par Jules Choux, bachelier es mauvaises langues, Paphos, 1881 (source : gallica.bnf.fr)

    ** Étienne Roba a fait vivre jusqu'en décembre 2010, Ces nains portent quoi, blog fourre-tout de ses délirades powétiques, dont les pages sont toujours visibles sur le net.


    14 commentaires
  • Pâtisserie Progrès

     

    J'ai en main, le numéro 3 (novembre 1964), de Pâtisserie Progrès, organe des boulangers-pâtissiers. Quelle richesse éditoriale !

    J'y apprends que les pieds-noirs font de la pâtisserie française ; que Théophile Delcassé, ministre de la Troisième République, était très gourmand ; que la valeur thérapeutique du cognac ne peut être passée sous silence ; que chaque semaine, en 3e année, les élèves de la section pâtisserie du Collège technique de Cambridge consacrent 6 heures de dessin et décor de cakes (notre photo) ; que M. Eugène R. (55 ans, ouvrier d'entretien) confie, dans un interview-éclair (sic) à Harold Kay d'Europe 1 : je mange des gâteaux le soir quand je rentre, avec mes six chiens... et ma femme naturellement" ou encore que si vous mangez trop de gâteaux, derrière les dents, il vous reste de la tarte.

    La revue a vraisemblablement cessé de paraître après son numéro 4. Et c'est fort dommage.


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique